Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Bonne résolution] Se lever tôt pour se mettre au sport : le plus dur est de commencer

Christophe Bys ,

Publié le , mis à jour le 27/12/2016 À 11H11

[Episode 1/5] Si vous vous intéressez aux modes managériales, vous avez forcément entendu parler du Miracle morning. Se lever tôt pour faire du sport et méditer serait la clé pour être plus productif et mieux réussir. Si telle est votre résolution pour 2017, suivez les pérégrinations de notre journaliste, qui, pour vous, a décidé de tester cette mode venue de Californie. Pour son premier jour, il découvre les joies de la gymnastique sur un air de musique R'n B.

[Bonne résolution] Se lever tôt pour se mettre au sport : le plus dur est de commencer
Alors que je me rend à mon premier cours, je découvre qu'il y a des gens qui courent en regardant Télématin.
© ALBAN WYTERS

Ce sentiment qu’on n’a pas eu depuis longtemps, celui qu’on éprouve enfant quand un copain vous dit "même pas cap" et que vous répondez "chiche". Tel est mon état d’esprit ce lundi 12 décembre quand mon réveil sonne à 6 heures. Pour tout dire, je suis déjà réveillé depuis quarante-cinq minutes ce matin-là. Pas question d’arriver au bureau en expliquant piteusement que je n’ai pas pû me livrer à l’expérience promise parce que je n’ai pas entendu la sonnerie du réveil. Je dois être à sept heures à la salle de sport pour vérifier si ce que Hal Herold a appelé le morning miracle (le miracle du matin), soit se lever tôt pour tout réussir dans sa vie, marche ou pas. A côté deTim Cook le patron d’Apple réputé courir sur son tapis roulant dès 5 heures du matin, je fais figure de sacré fainéant.

A l’aune des habitants de ma rue quand je remonte le volet roulant, je suis plutôt du genre de celui à qui l’avenir appartient. Dans les immeubles alentour aucune fenêtre allumée. Je me souviens alors de comment tout ça a commencé, le  jour où je cherchais un article à écrire pour une série sur les bonnes résolutions et où de fil en aiguille, j’ai proposé à ma rédactrice en chef "et si j’allais faire du sport tous les matins", persuadé qu’elle trouverait l’idée stupide. Et elle a dit oui. Me revient en tête la mère d’un ami à la fac qui disait toujours "dans un pari, y’a un voleur et un idiot". Je suis l’idiot et il n'y a pas de voleur puisqu'on n'a pas parié d'argent. 

Du personnel de maison pour le petit-déjeuner

Sauf que ce matin les questions m’assaillent. Doit-on petit déjeuner avant de faire du sport ? Que peut-on manger ? Je n’ai pas de personnel de maison, je ne suis pas Tim Cook. Avoir du personnel qui vous décharge des questions pratiques ça doit aussi aider à devenir un des rois du monde numérique quand on se lève tôt.

En route pour le club med gym. J’ai vérifié douze fois sur Citymapper le temps nécessaire pour aller au club, le cours commence à 7 h 15, pas question d’être en retard. Toujours cette névrose. Je me retrouve à courir dans le métro à 6 h 30. Je pense à mon passé sportif et je souris. Car comme on dit sur Facebook, entre le sport et moi, c’est une relation compliquée. Pour faire vite, je suis celui qui quand on faisait des équipes au lycée était toujours appelé en dernier. Le capitaine de l’équipe de foot (de voley, de hand voire de ping pong quand on faisait des tournois)  soupirait et disait sans conviction "ben Christophe alors" comme on se résout à manger des tripes pour éviter la cervelle.

Arrivé sur place, l’accueil est sympathique, la salle plutôt bien décorée (on voit mes préoccupations), les vestiaires sont propres. J’oublie le lycée et ses odeurs rances de pied sale et de garçons à l’hygiène approximative.

Un wording made in USA

Dans la salle, j’apprend que je vais faire de l’energy blast. Pendant une semaine ce sera une succession de noms anglais, mon préféré restant le cycling pour désigner le vélo d’appartement.

Pendant quarante cinq minutes je découvre ce lundi matin ma nouvelle tribu. On court, on sautille, on enchaine des exervices au sol comme des pompes sur une main ou des haltères à soulever.. et on recommence. Une musique entre le rap et Rb’nB retentit pendant toute la séance. Est-il vraiment humain de s'infliger une telle soupe le matin si tôt ? telle est ma question. Mais pas le temps de s'appesentir sur l'esthétique musicale.

Les mouvements sont minutés. On enchaîne, on transpire, on enchaîne, on boit, on se repose on repart.. C’est fini. Je me surprend à penser "déjà !".

Quand je sors de la salle, il fait encore nuit dehors. Je pense à Jacques Dutronc et à Jacques Lanzmann. S’ils avaient fait leur chanson en hiver le refrain n’aurait pas été "il est cinq heures Paris s’éveille". Ce lundi matin, il est huit heures, il fait encore nuit et alors que d’habitude je m’extraie difficilement du lit, je me retrouve sur le trottoir au milieu de la foule qui s’agite dans tous les sens en ayant fait 45 minutes de sport. Une heure plus tôt quand je suis arrivé, la rue était vide ou presque….

A suivre ... Le cycling aura-t-il raison de notre journaliste ? Que boire dans un cocktail quand on fait du sport tous les matins ?

 

Je remercie ici toute l’équipe du CMG Sports Club Grands Boulevards pour leur patience et leur accueil. Merci aussi aux élèves réguliers dont j’ai sûrement perturbé le cours par mes questions naïves et mes problèmes techniques (avec les pédales, avec les cordes, les ballons….). et bravo à eux qui font ça tous les jours, sans avoir d’article à écrire.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus