Transports

Bombardier livre son 100ème Regio 2N à la région des Hauts de France et reçoit une commande de 40 trains

,

Publié le , mis à jour le 21/10/2016 À 11H17

Inquiet pour le futur de son site de Crespin, Bombardier France, qui vient de fêter son 100ème Regio 2N,  enregistrer une bonne nouvelle avec l'annonce d'une commande de 40 trains en provenance de la Normandie. 

Bombardier livre son 100ème Regio 2N à la région des Hauts de France et reçoit une commande de 40 trains
Le Regio 2N de Bombardier.
© Bombardier

Dans un contexte délicat pour la construction ferroviaire française, Bombardier livre, en grande pompe, son 100ème Regio 2N à la région des Hauts de France. A Crespin, près de Valenciennes (Nord), Bombardier conçoit et fabrique ces trains dans le cadre d’un contrat avec la SNCF, mandaté par les régions. 213 rames sont à ce jour commandées. Mais en jeudi 20 octobre, dans la soirée, l'annonce d'une commande de 40 trains a été annoncée par la région Normandie. Elle devrait être officialisée le 23 novembre. Son montant devrait atteindre 720 millions d'euros.

Laurent Boyer, président de Bombardier Transport France, Xavier Bertrand, président de la Région des Hauts de France et Jacky Lion, directeur régional SNCF proximités, ont célébré, en grand pompe, la livraison du 100ème Régio 2N. Conçu et fabriqué par Bombardier sur son site industriel de Crespin, près de Valenciennes (Nord), cette rame est la dixième livrée à la région des Hauts de France

Un investissement de 339 millions d’euros

La région des Hauts de France a commandé 25 rames de ces trains extra larges à deux niveaux, dont 18 pour le Nord-Pas de Calais, et 7 pour la Picardie. Cumulés, les investissements annoncés pour ces deux territoires de la nouvelle région des Hauts de France atteignent 339 millions d’euros. Ces rames sont composées de 7 voitures (95 m de long). Elles disposent d’une capacité de 437 places assises et pourront rouler à la vitesse de 160 km/h.

La région a également commandé une version extra longue de 10 voitures (135 m, 721 places) pour desservir les axes Paris-Amiens et Paris-Saint Quentin. Les commandes de Regio 2N ont été confirmées par l’Ile-de-France (42 rames), l’Auvergne-Rhône-Alpes (40), les Hauts de France (25), la Nouvelle Aquitaine (24), la Bretagne (21), l’Occitanie (18), la Provence-Alpes-Côte d’Azur (16), le Centre-Val de Loire (14) et les Pays de Loire (13). Dans ce cadre, la dernière de ces 213 rames sera livrée en 2019.

La particularité du train à deux niveaux Regio 2N est de reposer sur une plateforme commune, dénommée Omneo (traction, bogies, contrôle commande…) facilitant l’exploitation et la maintenance par la SNCF. Sur la base de cette plateforme, une grande variété de versions a été développée pour répondre aux besoins spécifiques des régions. Ainsi, les rames sont déclinées sur des longueurs de 81 à 135 m, la motorisation varie de 160 km/h à 200 km/h, le tout avec un catalogue d’un grand nombre d’options d’aménagements intérieurs. Globalement, trois configurations personnalisables existent : le Regio 2N périurbain, régional ou premium intervilles.

Le site de Crespin emploie à ce jour plus de 2 000 salariés. Sur les 1 700 CDI, 500 sont des ingénieurs et cadres. L’usine conçoit sur le site ses trains (avec 200 ingénieurs dans son bureau d’étude) et assure 98 % de la fabrication. Elle s’appuie sur un réseau de 400 fournisseurs, dont 75 % sont français, tient à préciser la direction du groupe. Elle déploie ses activités, outre sur le Regio 2N, et sur le Francilien (225 trains commandés sur un contrat initial de 372 trains co-financés par la SNCF et le Syndicat des transports d’Ile de France - STIF). Bombardier Crespin est également associé à la fabrication des équipements du métro parisien MF2000 et M109 pour le RER A de la RATP.

Quelle visibilité au-delà de 2017, 2018 ?

Ces deux derniers programmes pour le RER A sont menés en consortium avec Alstom, l’autre constructeur ferroviaire installé lui aussi dans le valenciennois, à Petite-Forêt. Ils se terminent en décembre 2016 pour MF2000, et janvier 2017 pour le MI09. Cette perspective inquiète à la fois les syndicats de ces deux constructeurs, et les sous-traitants locaux. Hiolle, Barat-Sofanor ou encore Sirail ont alerté les pouvoirs publics, en début de ce mois d’octobre 2016, des risques de baisse d’activités entrainant des mesures d’adaptation, tant il est vrai que les marchés sont extrêmement sensibles pour toute la filière.

Pour le Regio 2N, Bombardier situe la visibilité de son marché jusqu’en 2018. "La poursuite du projet, au-delà des commandes déjà finalisées, est un enjeu majeur pour la pérennité du site de Crespin, Bombardier et l’ensemble de la filière ferroviaire" a souligné Laurent Boyer, président de Bombardier Transport France. Ainsi, la décision d'une commande de 40 rames Regio 2N par la Normandie devrait permettre à Crespin de reprendre espoir.

Francis Dudzinski

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte