Bombardier lance un avertissement sur ses résultats financiers

BANGALORE (Reuters) - Bombardier, le groupe canadien spécialisé dans la construction ferroviaire et aéronautique, a lancé jeudi un avertissement sur ses résultats financiers qu'expliquent en partie des projets ferroviaires compliqués.
Partager
Bombardier lance un avertissement sur ses résultats financiers
Bombardier, le groupe canadien spécialisé dans la construction ferroviaire et aéronautique, a lancé jeudi un avertissement sur ses résultats financiers qu'expliquent en partie des projets ferroviaires compliqués. /Photo d'archives/REUTERS/Peter Nicholls

Bombardier s'attend désormais pour l'année 2019 à un résultat avant impôts et intérêts (RAII/Ebit) de l'ordre de 400 millions de dollars US (environ 360 millions d'euros).

L'entreprise tablait jusque-là sur un Ebit compris entre 700 et 800 millions de dollars.

L'entreprise dit s'attendre "à des résultats financiers inférieurs à ses prévisions, surtout en raison des mesures prises pour réaliser des projets ferroviaires en redressement, de l'échéancier de ses paiements d'étape et des nouvelles commandes de sa (branche) Transport", précise-t-elle dans un communiqué.

Le report au premier trimestre 2020 de la livraison de quatre avions d'affaire Global 7500, d'un coût catalogue unitaire de 73 millions de dollars, a également pesé sur les résultats.

Bombardier est partenaire minoritaire du programme Airbus A220, avion de ligne conçu par le groupe canadien racheté en 2018 par Airbus.

"Avec son retrait de l’aéronautique commercial, Bombardier réévalue sa participation en cours dans la Société en commandite Airbus Canada (ndlr, l'entité qui assure la production et la vente de cet avion monocouloir)", précise le groupe canadien.

Contacté par Reuters, un porte-parole d'Airbus s'est dit dans l'incapacité de commenter les difficultés de Bombardier mais a ajouté que le constructeur européen restait engagé dans le financement de l'A220.

"La position d'Airbus est inchangée. Airbus reste engagé dans le succès du programme A220 et continuera de financer ce programme vers son seuil de rentabilité", a-t-il dit.

(Sanjana Shivdas avec Tim Hepher à Paris; version française Henri-Pierre André, édité par Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS