Bombardier freine ses ambitions, le titre dégringole

par Allison Lampert
Partager
Bombardier freine ses ambitions, le titre dégringole
Bombardier a pris jeudi ses distances avec ses engagements financiers à horizon 2020, d'autant que le constructeur canadien a évoqué des vents contraires dans sa division ferroviaire et annoncé de nouvelles mesures de restructuration. /Photo prise le 29 avril 2019/REUTERS/Arnd Wiegmann

MONTRÉAL (Reuters) - Bombardier a pris jeudi ses distances avec ses engagements financiers à horizon 2020, ce qui a fait chuter le titre de 10% à la Bourse de Toronto, d'autant que le constructeur canadien a évoqué des vents contraires dans sa division ferroviaire et annoncé de nouvelles mesures de restructuration.

Le groupe a annoncé qu'il réunirait ses divisions d'avions d'affaires et d'avions régionaux en une seule division aéronautique et qu'il céderait deux activités d'aérostructures, notamment un site de fabrication d'ailes à Belfast.

Son directeur général Alain Bellemare a parlé de "démarche stratégique" alors que le groupe continue de se défaire de ses activités dans l'aviation commerciale pour se concentrer sur les ventes d'avions d'affaires et de voitures de chemin de fer, plus rentables.

Le directeur financier, John Di Bert, a déclaré aux analystes qu'il ne prendrait pas d'engagement concernant les objectifs précédemment annoncés pour 2020, comme de porter le chiffre d'affaires à 20 milliards de dollars, et que les objectifs seraient réexaminés dans le courant de cette année.

Bombardier a publié un chiffre d'affaires et un bénéfice du premier trimestre conformes aux prévisions révisées diffusées la semaine dernière, lorsqu'il avait sabré ses estimations annuelles.

Le groupe a aussi abaissé les objectifs de sa principale division, celle des transports, suscitant des inquiétudes quant à son plan quinquennal d'amélioration de la performance après une crise de trésorerie en 2015.

Alain Bellemare a dit qu'il tablait toujours sur une augmentation du bénéfice et du chiffre d'affaires en 2020 mais les dirigeants souhaitent d'abord évaluer dans les prochains mois l'avancée de cinq projets ferroviaires en retard.

SPÉCULATIONS SUR AIRBUS

La vente du site de Belfast, qui produit des ailes et des structures d'avions et emploie 3.600 personnes, a été un choc pour les salariés, qui en ont immédiatement appelé au gouvernement britannique pour sauvegarde les emplois.

Alain Bellemare a annoncé que Bombardier travaillerait avec Airbus pour trouver "le prochain meilleur acheteur potentiel", le site fabricant notamment des ailes pour l'A220 (les ex-CSeries de Bombardier) et des nacelles de moteur pour la famille des A320.

Selon des analystes et des sources du secteur, l'usine de Belfast, qui a été pionnière dans la technologie de la fibre de carbone utilisée pour les ailes d'avions, pourrait intéresser Airbus pour sa prochaine génération d'avions.

Chris Murray, analyste chez AltaCorp, a déclaré qu'Airbus et d'autres grandes entreprises du secteur comme Spirit Aerosystems seraient des candidats logiques à la reprise du site.

Airbus n'a pas souhaité faire de commentaire sur son éventuel intérêt pour le site de Belfast. Un porte-parole du groupe aéronautique européen a simplement déclaré que l'usine était un "fournisseur important".

Un site de Bombardier au Maroc, qui produit des équipements aéronautiques, sera également vendu.

Outre la création d'une division aéronautique unique dirigée par le président de sa branche d'avions d'affaires David Coleal, Bombardier a annoncé qu'il regrouperait ses cinq activités d'aérostructures pour se concentrer sur ses installations de Montréal, au Mexique, ainsi que sur les activités reliées aux ailes d'avions Global 7500 récemment acquises au Texas.

Le bénéfice ajusté du groupe a augmenté de 1 million de dollars au premier trimestre, à 266 millions de dollars, et le chiffre d'affaires a diminué de 13% à 3,52 milliards de dollars.

L'action Bombardier a progressivement réduit ses pertes mais cédait encore plus de 2,5% vers 15h10 GMT.

(Avec Tim Hepher à Paris; Dominique Rodriguez pour le service français, édité par Bertrand Boucey)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Projeteur Génie Civil BIM F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - Cherbourg-en-Cotentin

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS