L'Usine Aéro

Bombardier discuterait avec Textron pour vendre ses avions d’affaires

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Vu sur le web L'avenir de Bombardier dans le secteur aéronautique semble de plus en plus compromis. Le groupe canadien discuterait avec Textron de la vente de sa division d'avions d'affaires, a rapporté la presse américaine le 4 février.

Bombardier discuterait avec Textron pour vendre ses avions d’affaires
Un avion d'affaires Bombardier Global 7000.
© Summers Pictures Summers.ca

Les avions d’affaires Bombardier vont-ils passer sous pavillon américain ? Le groupe canadien discuterait avec l’avionneur Textron pour vendre cette division, a rapporté mardi 4 février le Wall Street Journal. En proie aux dettes, Bombardier semble s’écarter du secteur aéronautique.

En janvier, l’entreprise canadienne avait annoncé une révision à la baisse de ses résultats 2019. “Nous examinons de façon détaillée différentes solutions qui nous permettraient d’accélérer le remboursement de notre dette”, révélait alors Bombardier.

Le dialogue avec Alstom “enlisé” ?

Le groupe canadien accuse une dette d’environ 9 milliards de dollars américains (environ 8,16 milliards d’euros). Pour réduire son découvert, Bombardier envisage de quitter le programme Airbus A220 et - selon d’autres rumeurs - il discuterait avec Alstom de la vente de sa division transport.

Le détail des négociations entre Bombardier et Textron reste mystérieux. Selon des sources anonymes du quotidien américain, elles ont débuté après le début des pourparlers entre Bombardier et Alstom. Un dialogue “enlisé” selon le journal, notamment à cause de la valorisation de cette division transport. Pour vendre au moins l’une de ses grandes divisions, Bombarbier aurait donc entamé des discussions concernant l’avenir de ses avions d’affaires.

Une des dernières activités aéronautiques de Bombardier

Pépite de Bombardier, la division d’avions d’affaires est l’une des dernières activités du groupe dans le secteur aéronautique. Elle compte les avions Challenger, Learjet et Global qui font concurrence aux Falcon de Dassault Aviation.

En janvier, Bombardier espérait atteindre 7,5 milliards de dollars de ventes en 2019 (6,8 milliards d’euros) grâce aux avions d’affaires. Les livraisons dans ce secteur n’ont toutefois jamais retrouvé leur niveau précédant la crise de 2008.

De son côté, Textron fabrique notamment les avions d’affaires Cessna et les hélicoptères Bell, dont certains sont fabriqués au Canada. Une acquisition des avions d’affaires Bombardier permettrait au groupe américain de compléter cette offre.

La Bourse de Toronto a salué ces rumeurs. Mardi 4 février, l’action Bombardier finissait en hausse de 17,7 %. Le gouvernement canadien risque de voir d’un plus mauvais oeil une telle opération, notamment à cause de son éventuel impact sur l’emploi. La division avions d’affaires de Bombardier emploient des milliers de personnes dans trois usines à Montréal et dans un site de production à Toronto.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte