Mis en examen, Vincent Bolloré s'exprime pour la première fois

Mix en examen le 25 avril, l'homme d'affaires Vincent Bolloré s'est exprimé pour la première fois pour se défendre. Le PDG du groupe Bolloré est soupçonné de corruption pour l'obtention de concessions portuaires en Afrique.

Partager
Mis en examen, Vincent Bolloré s'exprime pour la première fois
Mix en examen le 25 avril, l'homme d'affaires Vincent Bolloré s'est exprimé pour la première fois pour se défendre.

Vincent Bolloré, mis en examen dans le cadre d'une enquête sur des soupçons de corruption pour l'obtention de concessions en Afrique, conteste ces accusations dans une tribune publiée le 29 avril dans le Journal du Dimanche.

Pour l'homme d'affaires breton, qui s'exprime pour la première fois depuis sa mise en examen le mercredi 25 avril, les suspicions à l'égard des activités en Afrique du groupe Bolloré résultent d'une vision biaisée de ce "continent d'avenir" et d'un "traitement inexact et condescendant des Africains".

"En raison de campagnes véhiculant des informations fausses ou malveillantes", l'Afrique est considérée "comme une terre de non-gouvernance, voire de corruption [avec] des chefs d'État décidant seuls d'accorder des contrats mirobolants à des financiers peu scrupuleux", écrit l'homme d'affaires breton dans cette tribune intitulée "Faut-il abandonner l'Afrique ?".

Le PDG du groupe Bolloré a été mis en examen pour corruption d'agent public étranger, complicité d'abus de confiance et complicité de faux. La justice soupçonne des dirigeants de Bolloré d'avoir utilisé le groupe de communication Havas, alors filiale du groupe, pour faciliter l'accession au pouvoir de dirigeants africains et obtenir en contrepartie des concessions portuaires.

"Inquisition injustes" et "disproportionnées"

Les juges s'intéressent en particulier aux conditions de reprise par le groupe Bolloré de la concession du port de Conakry, en Guinée, et de la gestion d'un terminal de conteneurs du port de Lomé, au Togo.

"Comment imaginer que des dépenses de communication de quelques centaines de milliers d'euros comptabilisées en toute transparence avec un groupe de communication de taille et de réputation mondiale, aient déterminé des investissements de centaines de millions d'euros pour des opérations portuaires [ayant fait l'objet] d'appels d'offres internationaux ?", écrit Vincent Bolloré dans l'hebdomadaire dominical.

D'autant plus que ces opérations ont été réalisées "dans un cas, deux ans, dans l'autre, neuf ans avant les élections de personnalités présumées corrompues", poursuit-il. Le groupe Bolloré avait déjà nié toute irrégularité en des termes comparables cette semaine.

4 milliards d'euros investis en Afrique

Selon Vincent Bolloré, son groupe a investi près de 4 milliards d'euros en Afrique au cours des trois dernières décennies, contribuant à la création d'"énormément d'emplois".

Il déclare cependant s'interroger "sérieusement" sur l'opportunité pour son groupe de continuer à investir en Afrique, soulignant que "pour créer de la valeur, [les équipes doivent] être dirigées vers des eaux les moins hostiles possible".

Vincent Bolloré explique craindre de voir la France briser le "lien d'amitié" qui l'unit à ses anciennes colonies sur le continent africain "par des procès en sorcellerie ou des inquisitions injustes et généralement disproportionnées, et par notre comportement vis-à-vis des autres pays parce qu'ils sont aujourd'hui moins puissants".

"Je crois que dans un avenir proche, la France aura plus besoin de l'Afrique que l'inverse. J'espère que la France des Lumières que j'aime va ouvrir les yeux sur l'Afrique que je connais", conclut-il.

Le groupe contrôlé par la famille Bolloré joue un rôle de premier plan en Afrique où il est présent dans 46 pays, exploite 16 terminaux à conteneurs ainsi que trois concessions ferroviaires et emploie 25.000 personnes. Moins médiatisée que d'autres activités de l'empire Bolloré comme les médias et ses 20% dans Vivendi ou les batteries électriques, la division transport et logistique a dégagé un chiffre d'affaires de 2,4 milliards d'euros sur le continent africain l'an dernier.

(Myriam Rivet, édité par Jean Terzian)

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Logistique et manutention

Rayonnage à deux côtés pour armoires Raaco

MANUTAN

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS