Bolloré ou EDF, l’interopérabilité sera au cœur du réseau national de bornes de recharge

Le réseau national de bornes de charge sera constitué de l’assemblage de sous-réseaux opérés par différents acteurs. A charge pour eux de s’entendre pour que le conducteur vert puisse faire son plein sans soucis.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bolloré ou EDF, l’interopérabilité sera au cœur du réseau national de bornes de recharge

Bolloré compte installer en quatre ans 16 000 bornes pour la recharge en ville et à la campagne. EDF prévoit 200 bornes sur les autoroutes et compte sur le millier de prises que sa filiale Sodetrel gère déjà. Sans compter tous ceux qui opèrent les quelque 14 000 points de charge installés ou programmés par les collectivités locales… Le conducteur de voiture électrique va-t-il devoir choisir son camp pour faire le plein d’électrons ?

"Il n’a jamais été question d’avoir un seul opérateur du réseau national de bornes de charge, répond le préfet Francis Vuibert, chef de file du plan bornes électriques de charge de la Nouvelle France industrielle. Le réseau national, qui part de ce qui existe déjà, résultera de la mise en cohérence de toutes les initiatives : celles des collectivités locales, des enseignes commerciales comme les concessions Renault-Nissan, d’opérateurs avec des projets nationaux au titre de la loi du 4 août 2014, etc."

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Mise en cohérence

Cette cohérence, c’est l’interopérabilité des bornes et des systèmes informatiques utilisés par chaque opérateur de charge qui devra l’assurer. Le décret d'application de la loi du 4 août 2014 publié début novembre, qui définit notamment les conditions pour être exempté de redevance d’occupation de l’espace public, "exige des porteurs de projet de s’inscrire dans une démarche d’interopérabilité", précise Francis Vuibert.

Reste à aller jusqu’au bout de la démarche. Le sujet complexe de l’interopérabilité fait l’objet d’un groupe de travail du plan Bornes de recharge. Un lot de premières recommandations en est déjà sorti, qui fait partie depuis cet été des conditions posées par l’Ademe aux collectivités locales pour bénéficier de subventions à l’installation de bornes. Le gouvernement a annoncé que ces recommandations allaient être étendues au-delà des collectivités en s’intégrant à la mise à jour du livre vert, ajoute Francis Vuibert.

"Le terrain neutre que constitue le plan pour des acteurs souvent concurrents a permis de faire évoluer les positions des uns et des autres sur l’interopérabilité", souligne Francis Vuibert. Les opérateurs de recharge sont en train de se rassembler. Ils devraient annoncer dans les prochaines semaines la création d’une "Association française pour l’itinérance de la recharge des véhicules électriques".

Manuel Moragues

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS