L'Usine Auto

Bolloré dévoile les détails de son projet de 16 000 bornes de charge

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

Bolloré reprend la recette du succès Autolib’ pour installer et opérer le réseau national de 16 000 bornes de recharge pour véhicules électriques. Il y ajoute une charge semi-accélérée et un éventail de services verts et connectés.

Bolloré dévoile les détails de son projet de 16 000 bornes de charge © BMW

Le groupe Bolloré a détaillé, lundi 8 décembre, le dossier qu’il a remis au début du mois à Bercy  pour son projet de réseau de points de charge pour véhicules électriques. 16 000 bornes doivent être installées en quatre ans, ce qui permettra d’avoir un point de charge "tous les 40 kilomètres quel que soit l’endroit du territoire français", selon un communiqué du groupe.

Bolloré a opté pour des bornes offrant une charge semi-accélérée de 7,4 kilowatts. De quoi charger complètement une Renault Zoe en trois heures. Les conducteurs ne pourront pas disposer d’une charge rapide, à 50 kW voire deux fois plus pour les supercharger de Tesla, qui auraient permis de faire le plein en moins d’une demi-heure. Mais au prix d’un investissement bien supérieur aux 150 millions d’euros estimés. Bolloré défend son choix, qui évite "de déstabiliser le réseau électrique par des appels de puissance trop brutaux et prolongeant la durée de vie des batteries de véhicule".

Business model

Comme pour Autolib’, l’opération du réseau de bornes sera réalisée par le centre Bluesolutions de Vaucresson (Hauts-de-Seine). Nul doute que le système d’information au cœur du succès d’Autolib’ sera à l’œuvre pour permettre à l’usager des bornes "de s’abonner, connaître la disponibilité et de réserver son point de charge mais aussi de trouver de l’aide en cas de difficulté", comme le prévoit le groupe.

Quel sera le business model de l’industriel ? Bolloré ne donne pas de précisions sur la tarification du service de charge. Mais ce ne sera pas la seule source de revenus qui lui permettra d’amortir son investissement estimé à 150 millions d’euros : des "services de recharge 100% électricité verte grâce au stockage des énergies renouvelables" seront proposés "en complément", précise le communiqué. De quoi placer les batteries électriques de sa filiale Bluesolutions, introduite partiellement en Bourse il y a un an. L

e groupe compte visiblement s’appuyer sur le réseau de bornes pour développer son service d’auto-partage, après Paris, Lyon et Bordeaux : des "services d’électromobilité (auto-partage)" seront aussi proposés, toujours "en complément". Il y aura aussi "des accès à des hotspot wifi et des relais 4G". Comme Bolloré l’a démontré avec Autolib’, l’électromobilité, c’est avant tout la connectivité.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte