L'Usine Aéro

Boeing veut garder la main sur la conception de son 777X

Olivier James , ,

Publié le

Le groupe américain vient d’annoncer à ses salariés que la conception de futur gros porteur sera réalisée par des ingénieurs "maison". Les déboires du 787 sont passés par là...

Boeing veut garder la main sur la conception de son 777X © Boeing

Eviter à tout prix de reproduire les mêmes erreurs. L'ambition de Boeing sonne comme une volonté de reprendre la main. Le constructeur américain assure que la conception de son futur gros porteur, le 777X, sera assurée par ses propres ingénieurs. De quoi sans doute rassurer les acheteurs de cet appareil qui semblent déjà se bousculer : selon l’agence Bloomberg, Boeing devrait annoncer au prochain salon aéronautique de Dubaï (du 17 au 21 novembre) pas moins de 255 commandes de 777X.

"Il a été décidé qu'une grande partie de la conception détaillée sera réalisée par les équipes d'ingénierie de Boeing à Charleston, Huntsville, Long Beach, Philadelphie et Saint-Louis, peut-on lire dans un document interne du groupe américain. Le Boeing Design Center à Moscou soutiendra également l'activité de conception." Il s’agit d’un mail envoyé aux salariés du groupe par deux de ses dirigeants : Mike Delaney, vice-président Ingénierie de la branche commerciale et Scott Fancher, vice-président et directeur général du développement du 777X.

Externalisation à outrance

Cette volonté de maitriser la conception de l’appareil tire son origine des nombreux problèmes techniques rencontrés par le 787 Dreamliner. La trop grande part laissée à la sous-traitance, près de 80%, a souvent été pointée du doigt et serait en grande partie la cause de ces déconvenues à répétition. Inspiré par l’industrie automobile, Boeing a d’ailleurs commencé le rétropédalage dès 2009 en rachetant l’un de ses sous-traitants.

L’avionneur américain reconnaît sans ambage ses erreurs. Elles lui ont encore porté préjudice récemment au Japon en donnant des ailes à son concurrent Airbus. "Nous mettons à profit les leçons apprises sur le 787 et le 747-8 pour assurer la continuité du travail à travers le programme 777X", est-il écrit dans le document. L’ère de l’éclatement des acteurs industriels et de l’externalisation à outrance semble donc révolue.

Olivier James

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte