Boeing procède au vol de certification de son 787 mais le chemin est encore long

Le 5 avril, l’avionneur américain a annoncé avoir procédé au dernier vol d’essai du 787 Dreamliner, immobilisé depuis janvier à cause d‘incidents sur ses batteries.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Boeing procède au vol de certification de son 787 mais le chemin est encore long

Boeing en a terminé avec les essais sur son 787. Avec un dernier vol test le 5 avril, le constructeur aéronautique ouvre la voie à une re-certification de son gros porteur cloué au sol depuis près de trois mois par les autorités.

"Ce vol clot le processus de tests exigé par l’autorité l'administration de l'aviation civile américaine, la Federal Aviation Administration (FAA)", a assuré l’avionneur dans un communiqué. Deux représentants de la FAA se trouvaient justement dans le 787 "Ligne 6" destiné aux tests et floqué aux couleurs de la compagnie LOT Polish Airlines.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le but de ce vol ? "Démontrer que le nouveau système de batterie fonctionne pendant dans des conditions normales et anormales de vol", a répondu Boeing.

Les informations de vol ainsi récoltées lors de cet ultime test vont être analysées et fournies par l’avionneur à la FAA dans les prochains jours.

Pour autant, le processus de re-certification du 787 n’est pas terminé. Il est probable que la FAA donne son agrément à la nouvelle architecture électrique du Dreamliner avant la fin du mois d’avril. On peut également s’attendre à ce que les autres autorités (et notamment japonaises et européennes) suivent la décision des Américains et autorisent à leur tour la remise en service du long-courrier.

Boeing devra alors mettre en œuvre les solutions qu’il a choisies pour les batteries sur les 49 B787 en service dans le monde et les exemplaires en attente de livraison qui sommeillent dans ses usines d’Everett et de Charleston. Un processus qui pourrait prendre des semaines, et qui, si tout se passe comme prévu, laisseraient présager une remise en service en juin.

Autre conséquence pour l’avionneur de Seattle, financière cette fois. Les huit compagnies aériennes opératrices du 787 ont toutes confirmé qu’elles exigeraient des compensations pour les milliers de vols annulés depuis mi-janvier.

Elodie Vallerey

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS