International

Boeing prend acte, avec défiance, de l’accord entre Airbus et Bombardier concernant les CSeries

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Boeing voit d’un mauvais œil le partenariat entre Airbus et Bombardier annoncé lundi 16 octobre. Dès le soir même, l’américain a vivement réagit sur Twitter. La possibilité d’assembler les prochains CSeries aux Etats-Unis va être surveillée de près.

Boeing prend acte, avec défiance, de l’accord entre Airbus et Bombardier concernant les CSeries
Boeing a vivement réagi sur Twitter suite à l'annonce du partenariat entre Airbus et Bombardier sur la reprise de la famille monocouloir CSeries annoncée lundi 16 octobre
© Kim Kyung Hoon

Vives réactions de la part de Boeing suite à l’annonce de la signature de l’accord entre Airbus et Bombardier. Le constructeur américain digère mal la reprise de la famille des monocouloirs CSeries Bombardier par son rival européen. Le partenariat a été rendu public lundi 16 octobre. Dans les 24 heures qui ont suivi, Boeing et deux de ses vice-présidents se sont exprimés sur Twitter.

La première salve a été tirée dans la nuit de lundi à mardi par Phil Musser,  vice-président en charge de la communication. "Si Airbus et Bombardier pensent que cet accord va leur permettre de contourner les règles … ", affirme le dirigeant.

 

 

L’entreprise prend à son tour la parole moins d’une heure plus tard "Cela semble être une entente discutable entre deux compétiteurs hautement subventionnés pour contourner les mesures du gouvernement américain. Tout le monde devrait jouer avec les même règles afin que le commerce libre et équitable puisse fonctionner",  déclare le groupe.

 

 

Les propos sont complétés en fin de journée par une déclaration de J. Michael Luttig, vice-président en charge des affaires juridiques. "L’accord annoncé n’a aucun impact ou effet sur les procédures en cours. Tous les droits de douanes finalement  imposés aux C-series  (à présent envisagés à 300%) devront être payés sur chaque appareil C-series ou pièce importés, sinon l’admission dans le pays ne sera pas permise" détaille le cadre de Boeing.

 

 

Assemblés aux états-Unis pour éviter les frais de douane

Les publications font référence à un contentieux entre Boeing et Bombardier. L’Américain accuse son concurrent Canadien de dumping. Depuis fin septembre, Bombardier doit s’acquitter de près de 220% de droits de douane pour chaque appareil CSeries qui passe la frontière entre les deux états voisins. La note pourrait grimper prochainement à 300%.

Airbus a peut-être trouvé une solution au problème. L’avionneur a expliqué qu’une partie des futurs monocouloirs sera assemblée sur une ligne de montage dans l’Etat américain d’Alabama. Avec ses prises de positions, Boeing a signifié qu’il sera très vigilant sur le sujet.  

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte