Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Boeing invite 200 pilotes et les autorités à une réunion sur le 737 MAX

, , , ,

Publié le , mis à jour le 25/03/2019 À 07H38

Mercredi 27 mars, 200 pilotes de ligne et des régulateurs sont invités par Boeing pour une session d'information sur la remise en service du 737 MAX. Le constructeur aéronautique américain veut redonner confiance en son appareil après deux accidents aériens impliquant le modèle.

Boeing invite 200 pilotes et les autorités à une réunion sur le 737 MAX
Mercredi 27 mars, 200 pilotes de ligne et des régulateurs sont invités par Boeing pour une session d'information sur la remise en service du 737 MAX. REUTERS / Matt Mills McKnight
© Matt McKnight

Boeing a annoncé avoir invité plus de 200 pilotes de ligne, des dirigeants et des régulateurs à participer à une session d'information mercredi, dans le but de partager les détails de son plan visant à soutenir le remise en service du 737 MAX. Cette réunion est un signe que la mise à jour logicielle du MAX, dont le correctif de son système anti-décrochage MCAS, est sur le point d'être achevée pour être soumise à l'approbation de l’agence fédérale américaine de l'aviation civile (FAA).

"Nous avons planifié et continuerons d'organiser des réunions supplémentaires pour communiquer avec tous les clients et opérateurs actuels et futurs du MAX", a dit une porte-parole de Boeing.

Redonner confiance en l'avion 737 MAX

La réunion de mercredi 27 mars aura lieu à Renton, dans l'État de Washington (États-Unis), où est assemblé le 737 MAX. Elle portera sur la mise à jour logicielle et l'entraînement des pilotes à cette mise à jour. Elle représente une étape-clé pour permettre aux pilotes et aux compagnies de retrouver confiance en l'appareil, après deux catastrophes aériennes impliquant des avions de ce modèle.

Tous les 737 MAX sont cloués au sol depuis la catastrophe aérienne d'Ethiopian Airlines en mars, qui a suivi le crash d'un MAX de Lion Air en octobre 2018 en Indonésie.

Garuda Indonesia, qui avait annoncé vendredi 22 mars son intention d'annuler sa commande de 49 737 MAX en évoquant une perte de confiance des passagers après les accidents, a été invité à la réunion, a déclaré à Reuters son PDG Ari Askhara. "Nous avons été informés vendredi mais, en raison du délai très court, nous ne pouvons pas envoyer de pilote", a-t-il déclaré. La compagnie a demandé un webinaire mais Boeing a rejeté cette idée, a-t-il ajouté.

Examen de la mise à jour logicielle de Boeing

"Nous continuons à travailler en étroite collaboration avec nos clients et les autorités sur les logiciels et les mises à jour de formation pour le 737 MAX", dit un communiqué de Boeing. "Boeing paie pour le développement de ces mises à jour".

Les équipes de trois compagnies aériennes américaines, qui possèdent des 737 MAX, ont participé samedi 23 mars à une session pour examiner la mise à jour logicielle annoncée par Boeing.

L'avionneur travaille à cette mise à jour logicielle, qui concerne notamment les systèmes de contrôle de vol et les écrans des pilotes, depuis l'accident d'un appareil de la compagnie indonésienne Lion Air qui a fait 189 morts fin octobre. Les autorités américaines de l'aviation civile (FAA) se préparent à recevoir et examiner les corrections dans les prochaines semaines.

Un responsable américain informé du dossier et interrogé par Reuters a déclaré que les changements prévus par Boeing incluaient 15 minutes de formation pour aider les pilotes à désactiver le système anti-décrochage MCAS en cas de données de capteur erronées ou d'autres problèmes. Ils incluent également des instructions autoguidées, a-t-il ajouté.

Un avis dès avril sur le plan de Boeing

Le 737 MAX était jusqu'ici l'avion de Boeing le plus vendu, avec plus de 500 milliards de dollars de commandes au prix catalogue. Selon le responsable américain, l'objectif est que la FAA examine le plan de Boeing rapidement pour pouvoir rendre un avis en avril.

On ne sait toujours pas si la mise à jour logicielle, appelée "modification de la conception" par la FAA, résoudra les problèmes à l'origine du crash de l'appareil d'Ethiopian Airlines, qui a fait 157 morts le 10 mars.

"Après l'accident, nous avons constaté que le système était radical", a déclaré à la presse Yohannes Hailemariam, vice-président des opérations aériennes d'Ethiopian, lui-même pilote chevronné. "Il donne un message de décrochage et prend des mesures immédiates plus rapides que celles que Boeing avait demandé aux pilotes", a-t-il expliqué.

Avec Reuters (Shubham Kalia à Bangalore et Jamie Freed à Singapour; Arthur Connan pour le service français)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle