Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Boeing et Siemens alliés pour la Défense américaine

, ,

Publié le

Les deux groupes annoncent le 8 août la conclusion d’un partenariat stratégique portant sur les énergies nouvelles avec le département américain de la Défense

Boeing et Siemens alliés pour la Défense américaine © DR

L’avionneur américain et le géant mondial de l’électronique allemand sont désormais partenaires pour le développement et la commercialisation de smart grid ou réseaux intelligents et sécurisés pour les installations militaires américaines.

Dans le détail, Boeing sera en charge de la fourniture des technologies et Siemens de la mise à disposition de capacités de gestion d’énergie. "Cette équipe a une vision pour l'avenir énergétique des États-Unis, précise Judy Marks, responsable chez  Siemens. Nous sommes engagés à aider le département de la Défense pour qu’il atteigne des niveaux sans précédent de fiabilité de l'alimentation, la qualité, l'efficacité et l'indépendance énergétique."

Selon les deux groupes, le département de la Défense est le plus grand consommateur d’énergie du gouvernement.

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

10/08/2011 - 12h27 -

La FRANCE dispose de tous les atouts pour développer les SMART ENERGY SYSTEMS des années 2020. Nous devons rapidement prendre conscience des enjeux et des potentiels de transferts de technologies disponibles en nos Industries, notamment Aéronautique Spatial et Marine ( Sous Marins ).

Les BATIMENTS ET LES VEHICULES utilisés par les ménages sont consommateurs et générateurs de 70% des énergies et émissions de GES.
En effet, le bâtiment est consommateur de #45% de l'énergie consommée et générateur de 25% des GES et dans le même temps, les véhicules de ces habitants consomment #25% de l'énergie nationale en émettant #40% des GES.

Les solutions, si elles ne sont pas encore toutes définitivement certaines et choisies, se dessinent peu à peu notamment au travers de quatre grandes lignes d'actions stratégiques de niveau mondial :

- 1 La construction de bâtiments économes en énergie (grise et d’exploitation) voire à Energie Positive et la rénovation de l'immense parc mondial existant,

- 2 La mise sur le marché de nouveaux moyens de transport, avec le développement de moteurs hybrides électriques ou " tout électrique ". Si l'usage d'autres énergies n'est pas exclu, il paraît évident que le vecteur électrique jouera un rôle important dans les nouvelles technologies qui seront développées, que ce soient via des batteries, des piles à combustible ou par exemple l'air comprimé utilisant l'électricité...

- 3 L'adaptation des réseaux électriques aux nouvelles données et contraintes issues notamment de la large diffusion de multiples sources d'EnR disséminées au cœur des territoires,

- 4 La profonde irrigation des TIC au sein de toutes les technologies concernant les bâtiments y compris l'électroménager grand public.

Pour le point 1, la disparition progressive du pétrole et ses dérivés va imposer de découvrir de nouveaux matériaux et modes de construction : matériaux de structure, vitrages, éclairages, isolants, systèmes thermiques, etc.

Pour le point 2, la diffusion des véhicules électriques nécessitera l'optimisation de la " charge – recharge de leurs batteries " en intégrant les EnR au domicile et sur les lieux de parkings professionnels (le photovoltaïque est par nature difficile à réguler par la sensibilité de ses productions aux conditions climatiques).

Quant au point 3 il nécessite de profondes modifications industrielles des installations construites sur l'axiome de productions lourdes centralisées, mises aujourd'hui à mal par les sources de production à base d'EnR et de tailles unitaires " ridicules "… David et Goliath… La guerre des étoiles opposée à la guérilla asymétrique…

Enfin, le point 4 imposera la mise sur le marché de nouvelles puces. Elles seront diffusées à des millions d'exemplaires, jouant les rôles de capteurs, calculateurs, traitement de données, simulateurs, automates d'action, signalétique, etc.

Les puces dont nous allons avoir besoin, auront des profils bien différents des actuelles qui seront rapidement ringardisées… Ces puces seront de véritables calculateurs dont le GAP technologique qui nous sépare d'elles est équivalent à celui séparant le calculateur du LEM d'APOLLO 11 d'une récente puce INTEL I7!

Le triangle vertueux est celui qui permettra des échanges de flux de données aussi pertinents et performants
(Anticipation, optimisation énergétique, lissage des courbes de consommation, réduction des coûts pour les usagers, réduction des émissions de GES, ...) que possible entre les trois éléments fondamentaux que sont :
HABITATS ECONOMES INTELLIGENTS PRODUCTEURS et STOCKEURS D'ENERGIES
+
VEHICULES ELECTRIQUES INTELLIGENTS
+
RESEAUX ELECTRIQUES et COMPTAGES INTELLIGENTS
=
SMART ENERGY SYSTEMS
Répondre au commentaire
Nom profil

10/08/2011 - 12h15 -

La FRANCE dispose de tous les atouts pour développer les SMART ENERGY SYSTEMS des années 2020. Nous devons rapidement prendre conscience des enjeux et des potentiels de transferts de technologies disponibles en nos Industries, notamment Aéronautique Spatial et Marine ( Sous Marins ). Les BATIMENTS ET LES VEHICULES utilisés par les ménages sont consommateurs et générateurs de 70% des énergies et émissions de GES. En effet, le bâtiment est consommateur de #45% de l'énergie consommée et générateur de 25% des GES et dans le même temps, les véhicules de ces habitants consomment #25% de l'énergie nationale en émettant #40% des GES. Les solutions, si elles ne sont pas encore toutes définitivement certaines et choisies, se dessinent peu à peu notamment au travers de quatre grandes lignes d'actions stratégiques de niveau mondial : - 1 La construction de bâtiments économes en énergie (grise et d’exploitation) voire à Energie Positive et la rénovation de l'immense parc mondial existant, - 2 La mise sur le marché de nouveaux moyens de transport, avec le développement de moteurs hybrides électriques ou " tout électrique ". Si l'usage d'autres énergies n'est pas exclu, il paraît évident que le vecteur électrique jouera un rôle important dans les nouvelles technologies qui seront développées, que ce soient via des batteries, des piles à combustible ou par exemple l'air comprimé utilisant l'électricité... - 3 L'adaptation des réseaux électriques aux nouvelles données et contraintes issues notamment de la large diffusion de multiples sources d'EnR disséminées au cœur des territoires, - 4 La profonde irrigation des TIC au sein de toutes les technologies concernant les bâtiments y compris l'électroménager grand public. Pour le point 1, la disparition progressive du pétrole et ses dérivés va imposer de découvrir de nouveaux matériaux et modes de construction : matériaux de structure, vitrages, éclairages, isolants, systèmes thermiques, etc. Pour le point 2, la diffusion des véhicules électriques nécessitera l'optimisation de la " charge – recharge de leurs batteries " en intégrant les EnR au domicile et sur les lieux de parkings professionnels (le photovoltaïque est par nature difficile à réguler par la sensibilité de ses productions aux conditions climatiques). Quant au point 3 il nécessite de profondes modifications industrielles des installations construites sur l'axiome de productions lourdes centralisées, mises aujourd'hui à mal par les sources de production à base d'EnR et de tailles unitaires " ridicules "… David et Goliath… La guerre des étoiles opposée à la guérilla asymétrique… Enfin, le point 4 imposera la mise sur le marché de nouvelles puces. Elles seront diffusées à des millions d'exemplaires, jouant les rôles de capteurs, calculateurs, traitement de données, simulateurs, automates d'action, signalétique, etc. Les puces dont nous allons avoir besoin, auront des profils bien différents des actuelles qui seront rapidement ringardisées… Ces puces seront de véritables calculateurs dont le GAP technologique qui nous sépare d'elles est équivalent à celui séparant le calculateur du LEM d'APOLLO 11 d'une récente puce INTEL I7! Le triangle vertueux est celui qui permettra des échanges de flux de données aussi pertinents et performants (Anticipation, optimisation énergétique, lissage des courbes de consommation, réduction des coûts pour les usagers, réduction des émissions de GES, ...) que possible entre les trois éléments fondamentaux que sont : HABITATS ECONOMES INTELLIGENTS PRODUCTEURS et STOCKEURS D'ENERGIES + VEHICULES ELECTRIQUES INTELLIGENTS + RESEAUX ELECTRIQUES et COMPTAGES INTELLIGENTS = SMART ENERGY SYSTEMS
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle