Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Boeing et Embraer confiants en vue de leur mariage

, , , ,

Publié le , mis à jour le 17/07/2018 À 07H37

Au salon aéronautique de Farnborough, Boeing et Embraer défendent leur projet de partenariat dans l'aéronautique civile, se disant confiants dans l'obtention de l'aval des autorités réglementaires et de leurs actionnaires. Il entraînera la plus profonde réorganisation du marché mondial de l'aérospatiale depuis des décennies.

Boeing et Embraer confiants en vue de leur mariage
Boeing et Embraer ont défendu lundi leur projet de partenariat dans l'aéronautique civile. "Je ne peux imaginer que quiconque s'opposera à ce projet étant donné les bénéfices qu'il apportera au Brésil", a déclaré Paulo Cesar de Souza e Silva (photo), PDG d'Embraer. /Photo prise le 28 février 2018/REUTERS/Roosevelt Cassio
© Roosevelt Cassio

Au salon aéronautique de Farnborough, qui se tient toute la semaine près de Londres, Boeing et Embraer ont défendu le 16 juillet leur projet de partenariat dans l'aéronautique civile. Ils se disent confiants dans l'obtention de l'aval des autorités réglementaires et de leurs actionnaires.

Tout en espérant que cette alliance propulse le brésilien Embraer sur de nouveaux marchés. "Je ne peux imaginer que quiconque s'opposera à ce projet étant donné les bénéfices qu'il apportera au Brésil", a déclaré Paulo Cesar de Souza e Silva, PDG d'Embraer. "Qui peut s'opposer à plus d'emplois, plus d'exportations, plus de technologie, plus d'accès aux capitaux? ", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Une coentreprise historique pour défier l'A220

Les deux avionneurs ont annoncé début juillet la création d'une coentreprise de 4,75 milliards de dollars (4,05 milliards d'euros) donnant à Boeing une participation de contrôle dans la division d'avions de ligne d'Embraer. L'alliance Boeing-Embraer, qui emboîte le pas au partenariat Airbus-Bombardier annoncé en 2017, entraîne la plus profonde réorganisation du marché mondial de l'aérospatiale depuis des décennies, renforçant les avionneurs occidentaux bien établis face à des nouveaux venus de Chine, de Russie et du Japon, soulignent les analystes.

La nouvelle entité pousse Boeing dans le segment des plus petits avions du marché, face au regain de vigueur du CSeries - rebaptisé A220 - conçu par le canadien Bombardier avec désormais le soutien d'Airbus, le rival de Boeing. La semaine dernière, la compagnie américaine JetBlue avait annoncé l'achat de 60 A220-300 pour remplacer sa flotte d'E190 d'Embraer.

A Farnborough, Embraer a annoncé lundi une commande ferme de United Airlines pour 25 E175 de 70 sièges pour 1,1 milliard de dollars (940 millions d'euros) aux prix catalogue.

L'opération entre Boeing et Embraer doit encore franchir des obstacles politiques et réglementaires pour pouvoir être finalisée comme prévu fin 2019. Le partenariat, qui ajoute une famille d'avions de 70 à 130 sièges à la gamme de Boeing, devrait être relutif pour le bénéfice par action de l'américain à partir de 2020 tout en générant des économies de coûts avant impôt d'environ 150 millions de dollars à la troisième année, ont précisé les deux groupes.

En plus de l'accord sur les avions de ligne, Boeing et Embraer approfondiront un partenariat dans les ventes et les services du nouvel avion de fret militaire KC-390 par le biais d'une division distincte de défense dans laquelle les deux groupes devraient à terme investir en commun.

 

(avec Reuters: Cyril Altmeyer)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle