Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Boeing et Comac s'allient pour développer des biocarburants

Elodie Vallerey , ,

Publié le

Les constructeurs aéronautiques américain et chinois viennent d'inaugurer un centre technologique pour la conservation de l'énergie et la réduction des émissions à Pékin.

Boeing et Comac s'allient pour développer des biocarburants © Tony Atkin - Wikimedia - C.C

Boosté par un marché en plein développement, Boeing prend exemple sur son partenariat avec Airbus et Embraer et compte bien miser sur le développement des biocarburants dans l'aviation.

On se souvient du très médiatique vol de juin dernier, pendant le sommet environnemental Rio+20, au cours duquel un 777-200 de la compagnie néerlandaise Joost Ruempol a relié Amsterdam à Rio avec 20 % de biocarburant issu d'huiles végétales usagées.

Ou encore du premier vol transpacifique avec du combustible écologique entre l'usine de Boeing d'Everett aux Etats-Unis et l'aéroport de Tokyo, en avril dernier, effectué par un 787 de la compagnie ANA.

Pour perfectionner la technologie en la matière, Boeing a récemment annoncé l'ouverture d'un centre technologique pour la conservation de l'énergie et la réduction des émissions dans l'aviation, à Pékin. En collaboration avec son homologue chinois Comac, le constructeur a pour idée d' "accompagner la croissance de l'industrie aéronautique" tout en réduisant l'impact écologique de l'aviation, commente Marc Allen, président de Boeing en Chine dans un communiqué.

Premier projet pour le centre ? Explorer les opportunités de raffiner les huiles de cuisson usagées, souvent décrites en Chine comme "huiles de caniveau", en biocarburant durable pour l'aviation. Pour les deux groupes, l'huile usagée pourrait se présenter comme une alternative crédible aux carburants fossiles, la Chine consommant près de 29 millions de tonnes d'huile de cuisson quand son système d'aviation ne consomme que 20 millions de tonnes de kérosène.

Un impact écologique appréciable... et un impact financier que Boeing et Comac n'ont certainement pas négligé avec la hausse constante du cours du pétrole.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle