Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Boeing et Adidas adoptent l'impression 3D

,

Publié le

Boeing et Adidas adoptent l'impression 3D
Avec les pièces imprimées en 3D, Boeing économisera 2 à 3 millions de dollars par appareil.

Les pièces imprimées en 3D de moins bonne qualité que les pièces usinées ? Boeing démonte cette idée reçue. L’avionneur a obtenu la certification de la fédération aéronautique américaine, la FAA, pour des pièces structurelles en titane imprimées en 3D. Elles sont destinées au Boeing 787 Dreamliner. Le norvégien Norsk Titanium, qui fournit ces composants, estime que l’avionneur pourrait économiser entre 2 et 3 millions de dollars par appareil en évitant les pertes de matière inhérentes à l’usinage. La transformation du titane est un poste de dépense conséquent que Boeing essaie de réduire depuis plusieurs années. Le groupe américain prouve ainsi que la fabrication additive, peu crédible jusqu’alors en production, est aujourd’hui légitime et promet d’être moins coûteuse que les procédés traditionnels. En parallèle de cette certification, Adidas annonce l’impression de 100 000 semelles de baskets d’ici à 2018 grâce à la technologie du californien Carbon 3D. Ici, c’est la quantité imprimée qui est inédite. Adidas et ses concurrents ont déjà utilisé la fabrication additive pour de petites séries. Mais la marque allemande franchit le cap de l’impression 3D industrielle. Une avancée pour la technologie. Même si les 100 000 semelles restent à produire. 

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle