Boeing 787 immobilisés : JAL estime son manque à gagner à 19 millions d'euros en avril et mai

La compagnie aérienne japonaise Japan Airlines (JAL) a annoncé qu'elle s'attendait à un manque à gagner de 2,3 milliards de yens (près de 19 millions d'euros) entre le 1er avril et le 31 mai à cause de l'immobilisation de ses 7 Boeing 787 "Dreamliner".

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Boeing 787 immobilisés : JAL estime son manque à gagner à 19 millions d'euros en avril et mai

Japan Airlines (JAL) fait ses comptes. La compagnie aérienne japonaise a annoncé mardi 19 mars qu'elle anticipait un manque à gagner de 2,3 milliards de yens (près de 19 millions d'euros) entre le 1er avril et le 31 mai à cause de l'immobilisation de ses 7 Boeing 787 "Dreamliner".

En y ajoutant le manque à gagner subi entre le début de l'immobilisation de la flotte mondiale des Dreamliner, le 16 janvier, et le 31 mars, le manque à gagner atteint 3,4 milliards de yens (près de 28 millions d'euros).

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

JAL avait indiqué précédemment qu'elle renonçait à 672 vols entre le 31 mars et le 31 mai, à cause des répercussions sur ses plans de l'immobilisation de ces avions après de graves incidents de batterie. La compagnie avait déjà annulé une centaine de vols entre le 16 janvier et le 31 mars à cause du 787.

Demandes de dédommagements

Les 50 exemplaires du nouvel avion de Boeing en service dans le monde sont cloués au sol depuis le 16 janvier, après deux graves surchauffes de batterie intervenues le 7 janvier, dans un Dreamliner de JAL posé à Boston, puis le 16 janvier au Japon, dans un appareil de l'autre compagnie nippone, ANA, qui avait dû se poser en urgence.

All Nippon Airways (ANA) est d'ailleurs le principal opérateur du Dremliner avec 17 appareils en service dans sa flotte. Rien qu'en janvier, la compagnie japonaise avait évalué que l'immobilisation de sa flotte de Boeing 787 lui avait coûté 1,4 milliard de yens (soit 11 millions d'euros). Le PDG avait alors rappelé que son entreprise exigerait des dédommagements de la part de Boeing lorsque les coûts de l’immobilisation des 787 seront clairement définis.

Julien Bonnet

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS