Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

BMS Circuits investit 4 millions d’euros dans un nouvel atelier à Bayonne

, , , ,

Publié le

L’entreprise BMS Circuits, spécialisée dans les cartes électroniques, vient de remporter un contrat de cinq ans avec l’équipementier automobile Valeo pour fournir des capteurs ultrasons pour l’assistance au parking. Un contrat qui la conduit à créer une nouvelle ligne et à embaucher à Mouguerre près de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques).

BMS Circuits investit 4 millions d’euros dans un nouvel atelier à Bayonne
Capteur ultrasons.
© Valeo

C’est une renaissance pour BMS Circuits et ses 250 salariés à Mouguerre dans la périphérie de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques), l’une des rares entreprises françaises à avoir résisté à la concurrence asiatique dans l’électronique. Elle vient d’investir 4 millions d’euros dans une nouvelle ligne, qui va fabriquer des capteurs à ultrasons aidant les conducteurs à garer leur véhicule. Pour accompagner la production l'industriel compte recruter une vingtaine de salariés par an d'ici 2018. A l’origine, un beau contrat avec l'équipementier Valeo, dont le montant est tenu confidentiel.

En 2016, pas moins de 20 millions de pièces sortiront de cet atelier. Un chiffre, qui va monter à 30 millions à l'horizon 2017. "L'objectif est de tripler cette ligne de production d'ici cinq ans", annonce Thomas Cocquempot, le directeur des opérations de BMS Circuits à Bayonne.

Recrutements

En outre, "nous avons recruté une vingtaine de personnes (opérateurs, techniciens, ingénieurs) pour cette ligne et nous allons en embaucher autant chaque année jusqu'en 2018", précise-t-il.

Pourtant, l’histoire de BMS Circuits fut tumultueuse. En 2012, le propriétaire de l’époque, le géant des télécommunications Sagemcom a décidé de vendre l’entreprise bayonnaise, alors en déficit, à un fonds américain. Sans succès. Mais, sa solide réputation dans les cartes électroniques, en particulier pour le secteur des télécoms (décodeurs et routeurs), et sa diversification dans l'automobile (notamment en tant que sous-traitant de Continental pour les clés des voitures Renault) et dans le médical (pousse-seringues et pompes à perfusion pour Fresenius Kabi) ont attiré un grand industriel du secteur. Depuis 2015, c’est le groupe luxembourgeois IEE, un pro des capteurs pour l'automobile et le médical, qui est à la tête la société

En pleine renaissance, BMS va renouer avec les bénéfices en 2017. "Nous visons 100 millions d'euros de chiffre d'affaires, contre 83 millions en 2015", indique Thomas Cocquempot.

Nicolas César

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus