Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Blue Solutions soutient l'Airbus de la batterie

Olivier Cognasse ,

Publié le

Blue Solutions, la filiale du groupe Bolloré spécialisée dans les batteries et la mobilité électrique a ouvert les portes de son usine de batteries à quelques journalistes. L’occasion de revenir sur le projet d’un Airbus de la batterie.

Blue Solutions soutient l'Airbus de la batterie
Didier Marginèdes, vice Président de Blue Solutions devant une batterie.
© Olivier Cognasse

"Il est tant que l‘Europe se réveille.Tel est le message qui est ressorti de la réunion de Bruxelles de la veille avec les acteurs de la filière batteries, a indiqué jeudi 12 octobre, Didier Marginèdes, vice-Président de Blue Solutions présent tout comme les chimistes (Arkema, Solvay,…), les constructeurs auto (PSA, Renault, Volkswagen,…), les spécialistes de la batterie comme Saft. L’Europe prend conscience que si on laisse partir toutes les technologies de batteries et des véhicules électriques en Asie, on sera dépendant comme nous le sommes actuellement pour le pétrole des pays producteurs."

Les voitures brûlent, pas les batteries

Un plan d’action doit être défini d’ici le mois de février axé sur les innovations, le financement pour arriver à terme à la définition d’un standard. "Il ne faut pas faire la même chose que les Chinois. Dupliquer les usines chinoises ne fonctionnera pas. Il faut un gap technologique, dit encore Didier Marginèdes. Il faut aller vers un standard et des batteries solides." Il plaide pour la technologie Lithium métal polymère (LMP) développée dans les usines de Boucherville (Canada) et d’Ergué-Gabéric (Finistère). Et d’insister sur le fait que l’électrolyte solide limite les risques d’incendie et de pollution locale en cas d’accident. Il n’y a ni terre rare, no cobalt. "Un des sports nationaux en France, c’est de mettre le feu aux voitures. Des Autolib’ ont brûlé, mais pas les batteries."

L’usine bretonne de batteries est un exemple de robotisation et d’automatisation. Propre comme une salle blanche, dans une atmosphère sèche, les différentes films ultrafins de la batterie sont assemblées au fur et à mesure de leur production avant la constitution des packs de batterie. Il en faut un pour une Bluecar et huit pour un bus électrique. Aujourd’hui, Ergué-Gabéric produit une vingtaine de packs, Boucherville (Canada) une dizaine, mais la capacité est globalement de 80 unités. Produire 12 000 batteries par an est donc possible, soit l’équivalent de 1500 bus. Nous n’y sommes pas encore !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle