Blue Solutions démarre en fanfare à la Bourse de Paris

par Matthieu Protard

Partager
Blue Solutions démarre en fanfare à la Bourse de Paris

PARIS (Reuters) - L'action Blue Solutions démarre en trombe mercredi à la Bourse de Paris, où la filiale de batteries électriques du groupe Bolloré s'adjuge plus de 20% pour sa première séance de cotation.

Introduit sur NYSE Euronext au prix de 14,5 euros, le titre Blue Solutions a ouvert la séance à 16,55 euros et grimpe de 24% à 18 euros à 11h18, portant la capitalisation boursière de la société à 518 millions d'euros.

"Le franc succès remporté par l'introduction de la filiale spécialisée dans la production et la commercialisation de batteries (...) montre que le climat est devenu très favorable sur le marché des actions", souligne Arnaud Poutier, le directeur du courtier en ligne IG France, dans une note de marché.

"Ce dossier comporte des risques majeurs et est encore en amont d'un véritable développement", poursuit-il.

Le groupe Bolloré a décidé mardi de fixer à 14,50 euros par action le prix d'introduction en Bourse de Blue Solutions, correspondant au haut de la fourchette indicative de 12 à 14,50 euros qui avait été retenue pour la campagne de promotion de l'opération auprès des investisseurs.

Lors d'une cérémonie dans les bureaux de NYSE Euronext à Paris, Vincent Bolloré, le PDG du groupe éponyme, a indiqué mercredi que l'offre d'actions, portant sur 10% du capital de Blue Solutions, avait été sursouscrite plus de 15 fois.

"C'est à la fois très honorifique et puis très inquiétant", a-t-il déclaré en réaction à la forte hausse du titre.

"Honorifique parce que cela veut dire qu'il y a beaucoup de gens qui investissent dans notre entreprise. Inquiétant parce que cela veut dire qu'il faut qu'on se montre digne de ce parcours (...) La cotation est un marathon."

Avec cette introduction en Bourse, le groupe Bolloré entend accélérer le développement de ses activités dans les batteries électriques et capitaliser sur le succès de son service de voitures en libre-service Autolib.

La mise sur le marché ne concerne dans un premier temps que l'activité de fabrication, qui compte deux usines en Bretagne et une au Canada. Elle pourra être complétée d'ici 2018 par d'autres activités sur lesquelles Blue Solutions détient des options d'achat (notamment les Bluecars d'Autolib, les autobus électriques Bluebus, les bateaux électriques Blueboat et le stockage stationnaire pour les Bluehouse).

"Blue Solutions, c'est tout de même une affaire de très haute technologie. Et comme toutes les affaires de très haute technologie, il faut savoir qu'elle présente des potentialités extraordinaires mais des risques aussi extraordinairement importants", a insisté Vincent Bolloré, rappelant que l'IPO s'adressait surtout aux investisseurs institutionnels.

Il a aussi rappelé que le groupe n'entendait pas pour le moment augmenter la part du capital de sa filiale mise en Bourse.

"Nous souhaitons garder l'essentiel de cette société dans les mains de la société Bolloré", a réaffirmé le dirigeant.

Avec Raoul Sachs et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS