Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Blue Paper a réussi la mue de l'ex-papeterie UPM Stracel

, , , ,

Publié le

Moyennant 100 millions d'euros d'investissements, la coentreprise créée par Klingele Papierwerke et VPK Packaging a transformé le site de Strasbourg (Bas-Rhin) pour passer d'une production de papier magazine à celle de papier léger pour les cartons d'emballage. Les livraisons des premières bobines ont débuté cet hiver.

Blue Paper a réussi la mue de l'ex-papeterie UPM Stracel © Blue Paper

Un peu plus de 100 millions d'euros, dont 60 % environ pour les équipements. C'est le montant qu'ont consenti à dépenser le groupe allemand Klingele Papierwerke et le Belge VPK Packaging pour transformer l'ancienne papeterie UPM Stracel de Strasbourg (Bas-Rhin).

Leur coentreprise, baptisée Blue Paper, tourne à bon rythme depuis janvier 2014, à l'issue d'un chantier de modernisation mené presque tout au long de l'année 2013. Les installations qui produisaient du papier magazine ont été modifiées pour livrer du papier utilisé dans la fabrication de cartons ondulés destinés à l'emballage. A la place des fibres de bois, papiers et cartons recyclés constituent la nouvelle matière première. Une telle transformation n'est pas unique en son genre, mais son ampleur est inégalée.

"L'essentiel du projet a consisté à installer en amont un atelier de préparation de pâte à partir de papiers et de cartons et à adapter la machine en changeant les éléments qui étaient devenus incompatibles avec la production de papier d'emballage", raconte François Bru, directeur général de Blue Paper et ex d'UPM-Stracel. Le site de 260 personnes du temps d'UPM affiche un effectif actuel de 132 personnes, dont 100 sont d'anciens salariés d'UPM réembauchés par Blue Paper.

La machine peut désormais indifféremment produire du liner ou de la cannelure, de 70 à 135 g/m2. Ces deux types de papiers sont utilisés par les cartonniers pour fabriquer le carton ondulé. A la cadence actuelle de la machine, la capacité annuelle est limitée à 300 000 tonnes, en 5X8. "On envisage de l'augmenter, précise le directeur général, on pourrait monter à 350 000 tonnes sans investir plus et sans recruter, juste en faisant tourner la machine à une cadence plus élevée." Pour cela, il faudra décrocher une nouvelle autorisation d'exploitation auprès de la préfecture. A l'heure actuelle, Blue Paper fonctionne sur les bases de l'autorisation qui avait été délivrée à UPM-Stracel.

Nouvelles chaudières et turbine à vapeur

L'approvisionnement en matières premières se fait dans un rayon d'environ 500 kilomètres autour de Strasbourg, tout comme la livraison des bobines. "Nous vendons une partie de la production sur le marché libre. Son volume dépend du besoin de nos actionnaires", dit François Bru. Car l'objectif principal des acquéreurs du site était clairement de disposer d'un outil industriel mieux intégré et de limiter leur dépendance à l'égard du marché du papier.

L'enveloppe de 100 millions d'euros a également servi à installer trois nouvelles chaudières à gaz pour augmenter les capacités de séchage, en complément de la chaudière biomasse construite par UPM-Stracel. Une unité de méthanisation est également sortie de terre, afin de produire du biogaz à partir des effluents de l'usine. A l'automne, cet ensemble sera complété par une turbine à vapeur de 7 MW et un moteur au biogaz de 1 MW. L'ensemble assurera plus du tiers de la consommation électrique du site, chiffrée à 20 MW.

Pour l'heure, l'essentiel de la logistique est routière. Mais Blue Paper, implantée dans la zone industrielle du Port autonome de Strasbourg, dispose d'une connexion ferroviaire et d'un accès à l'un des bassins portuaires. La recherche d'alternatives modales s'inscrit dans une stratégie de trois à cinq ans.

Thomas Calinon

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus