Blockchain, source de 12 milliards de dollars d'économies par an pour les BFI

par Anna Irrera et Jemima Kelly
Partager

NEW YORK/LONDRES (Reuters) - La technologie blockchain pourrait permettre aux grandes banques d'investissement de réduire leurs coûts d'infrastructures de huit à 12 milliards de dollars par an (7,5 à 9,5 milliards d'euros) d'ici 2025, selon le cabinet d'audit Accenture.

Conçue à l'origine pour promouvoir l'usage de la monnaie numérique bitcoin, cette technologie repose sur un registre en ligne de transactions, ou de toutes autres données, tenu par un réseau de serveurs et opérant sans la supervision d'une autorité de contrôle centrale.

Le rapport d'Accenture et de McLagan, une filiale du consultant Aon Hewitt, publié mardi repose sur l'analyse des coûts de huit des dix premières banques d'investissement mondiales et fournit l'une des rares estimations concrètes des économies susceptibles d'être dégagées par l'usage de la blockchain.

Des banques et autres établissements financiers sont très intéressés par ce procédé pour traiter certaines de leurs opérations administratives les plus lourdes comme la compensation et le règlement de transactions sur titres.

Certains en revanche sont sceptiques et n'y voient qu'un effet de mode.

David Treat, un responsable d'Accenture spécialisé dans la blockchain, observe lui que les investissements généreux consentis dans cette technologie n'ont rien d'étonnant "au vu des coûts énormes de réconciliation des comptes, une procédure qui concerne chaque aspect du secteur des marchés de capitaux".

La plus grande transparence et la meilleure qualité des données prêtées à cette technologie pourraient permettre aux huit banques analysées de réduire leurs coûts d'infrastructures de 30% en moyenne, suivant ce rapport.

Mais, poursuit-il, les avantages de cette nouvelle technologie seraient réduits à néant si la réglementation n'autorisait pas son déploiement à grande échelle.

"Après la crise du crédit de 2008, les régulateurs hésiteront sans doute à réduire sensiblement le rôle d'infrastructures de compensation et de règlement nouvellement créées et renforcées (...) sans être tout à fait certains que les réseaux blockchain représentent une alternative sûre et solide".

(Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Véronique Tison)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

49 - Cholet

Prestation de surveillance et de sécurité par vigile de l'accueil de la CAF de Maine-et-Loire

DATE DE REPONSE 06/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS