Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

Blé: les criquets, alliés de la France

Myrtille Delamarche , , , ,

Publié le , mis à jour le 04/02/2016 À 10H17

Entre le gain de compétitivité du blé argentin et les nouvelles exigences phytosanitaires égyptiennes, la seconde moitié de la campagne commerciale de blé est mouvementée. Pour maintenir son rang de troisième exportateur mondial, la France a lancé en 2014 un plan destiné à renforcer le taux protéique de ses blés. L’Égypte, notamment, a fait de ce taux une priorité.

Mais le premier acheteur mondial a décidé de durcir encore ses exigences : fin décembre, un bateau chargé de blé français a été bloqué par les autorités sanitaires, qui exigent de réceptionner des lots sans la moindre trace d’ergot, un champignon commun dans les céréales. Or l’organisme acheteur, le Gasc, tolérait jusqu’ici une teneur en ergot de 0,05 %. « Si on arrive à ce “zéro ergot”, il y aura un amenuisement des offres faites à l’Égypte, du fait du risque financier de se voir rejeter un bateau », explique Caroline Bitton, consultante chez Agritel.

Buzz argentin

En Argentine, les exportations de blé profitent de la conjugaison d’une bonne récolte et des incitations impulsées par le nouveau président Mauricio Macri. La levée du contrôle des changes a provoqué une brusque dévaluation du peso argentin, tandis que la levée des taxes à l’export a donné des ailes à des producteurs bien décidés à regagner des parts de marché. Caroline Bitton tempère la menace : « Cette année, l’Argentine a fait le buzz en répondant à un appel d’offres égyptien, mais, sur cette campagne, elle n’aura pas assez de marchandises disponibles pour vraiment concurrencer les Français. Le volume exportable de blé sera d’environ 6 millions de tonnes (Mt), sur une récolte comprise entre 10 et 11 Mt. Par contre, si les volumes sont plus importants, il faut envisager une éventuelle situation de concurrence lors des prochaines campagnes. »

En attendant, les prix baissent et la rentabilité n’est plus assurée. Toutefois, la filière française, qui exporte chaque année 20 Mt de blé, pourrait trouver un soutien inattendu : les criquets. L’Argentine connaît actuellement sa pire invasion par ce ravageur en cinquante ans. 

Myrtille Delamarche et Franck Stassi

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle