BKC prié de lâcher le dossier Heuliez au profit de nouveaux repreneurs

Il n’y croit plus et n'y a jamais vraiment crû. Le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, ne compte plus sur le groupe BKC pour sauver l’équipementier automobile Heuliez. La Macif est sur les rangs

Partager

Revenant sur la nouvelle promesse de Louis Petiet, à la tête de BKC (à savoir verser les 16 millions d’euros au 15 mars), le ministre a réclamé le retrait de l’entreprise, dès lors qu’un repreneur potentiel aura été trouvé. Le gouvernement, la région Poitou Charentes et le Fonds stratégique d’investissement ont tenté de trouver une nouvelle entreprise prête à soutenir Heuliez.

La présidente de Poitou Charentes, Ségolène Royal, a révélé que la Macif, l'entreprise mutualiste de Niort et un groupe éco-industriel ont l’intention d’entrer au capital de l’équipementier.

Du côté des salariés, l’inquiétude est grande. « Heuliez est au bord de l’abîme. Il y a un risque énorme de dépôt de bilan, il faut qu’un repreneur investisse très concrètement dans quelques jours sur le compte en banque de l’entreprise », a expliqué Emile Brégeon, élu CFDT au comité d’entreprise. Des fournisseurs du groupe auraient même cesser de livrer, faute de paiements par Heuliez, selon les syndicats.

%%HORSTEXTE:%%

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS