Bisphénol A : la balle dans le camp des industriels

L’Anses estime prioritaire de réduire l’exposition au bisphénol A, cette molécule présente dans de nombreux objets du quotidien et qui serait un danger pour la santé humaine. Les industriels vont devoir proposer des solutions alternatives.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bisphénol A : la balle dans le camp des industriels

Le constat ne souffre d’aucune ambigüité. "L’Agence considère disposer de suffisamment d’éléments scientifiques pour identifier d’ores et déjà comme objectif prioritaire la prévention des expositions des populations les plus sensibles que sont les nourrissons, les jeunes enfants, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes." Les travaux de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), rendus publics le 27 septembre, sonnent comme un appel du pied pour les industriels. Ils vont devoir substituer au maximum cette molécule, présente dans de très nombreuses applications. D'autant que la ministre de l'Ecologie, Nathalie Kosciusko-Morizet, s'est prononcée mardi en faveur d'un "étiquetage systématique" des produits contenant du bisphénol A qui sont en contact avec les populations.

Déjà, l’interdiction par l’Union européenne de produire et de commercialiser à partir de juin 2011 les biberons contenant du bisphénol A, avaient conduit certains groupes à se tourner vers le polypropylène. Mais son état de surface moins lisse nécessite des lavages systématiques, à l’inverse des anciens biberons.

Et c’est bien le problème : les substituts du bisphénol A doivent s’adapter à chaque usage, à chaque application. Pour les industriels, il s’agit de mettre au point au cas par cas des substances capables de reproduire les propriétés du bisphénol A. "Les premiers éléments de recherche bibliographique réunis par l’Agence montrent que les substituts sont toujours très spécifiques à une substance, un matériau, un usage, un procédé industriel", confirme l’Anses.

Pour les industriels, la tâche sera d’autant plus ardue que la liste des applications du bisphénol A est bien fournie… "Un très grand nombre d’objets et préparations ont ainsi été identifiés : câbles, mastics, adhésifs, récipient à usage alimentaire ou non, optiques de phares, articles de sports, pièces dans l’aviation, fluides de freinage, fluides caloporteurs, matériel d’installation électrique, appareils électroménagers, dispositifs et appareils médicaux, encres d’imprimerie", peut-on lire dans le rapport de l’Agence.

Un exemple de substitution possible ? Présent dans les résines époxy qui se trouvent dans les boites métalliques, le bisphénol A pourrait être remplacé par le vinyle, l’acrylique, le polyester ou bien encore les oléo-résineux. Mais les prétendants doivent être capables d’empêcher la corrosion du métal tout en assurant la sécurité microbiologique… Pour le moment, les industriels disent se heurter à de nombreux freins technologiques. Les résultats de l’Anses les pousseront sans aucun doute à accélérer leur travail de substitution.

Anses-Bisphénol A

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS