L'Usine Santé

Bisphénol A : haro sur les contenants alimentaires et les dispositifs médicaux

Olivier James , , ,

Publié le

Le Sénat vient de voter en première lecture une proposition de loi qui vise à interdire les contenants alimentaires et les dispositifs médicaux contenant du bisphénol A.

Bisphénol A : haro sur les contenants alimentaires et les dispositifs médicaux © Fred_v - Flickr - C.C

Le Sénat est allé plus loin que l’Assemblée nationale. Le 9 octobre, la chambre haute a en effet modifié une proposition de loi qui pourrait impacter plus que prévu l’activité de nombreux acteurs industriels, chimistes et plasturgistes en tête. Les sénateurs ont voté à l’unanimité une proposition de loi qui pourrait, si elle est maintenue en l’état en deuxième lecture, conduire à l’interdiction générale du Bisphénol A (BPA) dans tous les contenants alimentaires dès le 1er juillet 2015. Ils ont ainsi repoussé l'entrée en vigueur de l'interdiction générale du bisphénol A dans les contenants alimentaires d'un an. Elle était initialement prévue le 1er janvier 2014.

Mais ce n’est pas tout. Le Sénat a adopté une mesure d'interdiction, à partir du 1er juillet 2015, de tous les dispositifs médicaux contenant non seulement du bisphénol A mais aussi tout autre perturbateur endocrinien et substance cancérogène, destinés aux bébés et femmes enceintes. Le Sénat a également maintenu l'interdiction du BPA dès 2013 pour les contenant destinés aux enfants de moins de 3 ans.

Le défi technologique de la substitution

"Ce n’est une bonne nouvelle ni pour les industriels qui doivent opérer dans un cadre réglementaire imprévisible, ni pour les consommateurs dont la confiance ne peut se satisfaire de ces contradictions", ont fait savoir dans un communqué commun l’Union des Industries Chimiques (UIC), PlasticsEurope, Elipso et la Fédération de la plasturgie.

Ce qui inquiète les industriels ? Les difficultés à trouver pour chaque usage un substitut au BPA. Pour rappel, le BPA se trouve essentiellement sous forme polymérisée. Il constitue un plastique très transparent dénommé polycarbonate. Il sert également à la production des bonbonnes d'eau rechargeables, des carafes et des boîtes de conservation... Le bisphénol A entre également dans la composition des résines époxy, qui tapissent l'intérieur des canettes de boisson et des boîtes de conserve.

Pour répondre aux nouvelles exigences, les industriels vont donc devoir investir s’ils veulent rester dans la course. Ils regrettent pour le moment que ce vote n’ait pas attendu "les conclusions ni de l’Agence européenne de sécurité des aliments (AESA) qui seront publiées au printemps 2013 ni des autres agences internationales qui doivent publier leurs travaux sur le sujet dans les mêmes délai".

Il y a tout juste un an, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) estimait prioritaire de réduire l’exposition au BPA. "L’Agence considère disposer de suffisamment d’éléments scientifiques pour identifier d’ores et déjà comme objectif prioritaire la prévention des expositions des populations les plus sensibles que sont les nourrissons, les jeunes enfants, ainsi que les femmes enceintes et allaitantes."

 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte