Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Bis repetita pour AORF

, , ,

Publié le

L'équipementier ferroviaire est de nouveau en redressement judiciaire, six mois après en être sorti. Les syndicats dénoncent une situation ubuesque.

Bis repetita pour AORF
Atelier de réparation ferroviaire
© ABRF Industries

Ateliers orléanais de réalisation ferroviaire (AORF) a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce d'Orléans (Loiret) le 2 avril. Après avoir échappé à la liquidation en septembre, cette entreprise spécialisée dans la maintenance et la construction de wagons de fret est à nouveau menacée. Elle était jusqu'à présent en procédure de sauvegarde.

Le holding AORF chapeaute Saint-Denis de l'Hôtel Ferroviaire (SDHF), spécialisé dans l'entretien et la réparation des wagons, dans le Loiret, et Ateliers bretons de réalisation ferroviaire Industries (ABRFI), qui fabrique des wagons de fret à Châteaubriant (Loire atlantique). Le tout emploie 160 salariés.

Les observateurs s'attendaient à une telle décision. Malgré la pression du gouvernement, la SNCF n'a pas commandé plus de wagons de fret. Et le PDG, Eric Vinassac, a été révoqué en février de la direction du holding, à la demande de l'actionnaire majoritaire Jean-Luc Remondeau. Il a toutefois conservé la direction opérationnelle des deux filiales. "C'est une situation très floue qui nous inquiète", souligne un représentant des salariés de SDHF.

Selon nos informations, l'activité est très faible chez ABRFI. Et elle se maintient à un bon niveau chez SDHF.

Ce redressement judiciaire ouvre la voie à une reprise totale ou partielle. En 2013, le fabricant de matériel ferroviaire russe Uralvagonzavod, puis le loueur de wagons de marchandises français Millet s'étaient intéressés au dossier, avant de renoncer. Le lorrain Novafer, soutenu par Bpifrance l'an passé, avait aussi annoncé son intention de procéder à des acquisitions.

Stéphane Frachet

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle