Birmanie : un eldorado vraiment ?

Le commissaire européen à l’industrie Antonio Tajani poursuit sa "mission for growth" avec une délégation d’hommes d’affaires en Birmanie. Isolé pendant plusieurs décennies, le marché fait rêver les entreprises européennes. Mais les défis sont énormes.

Partager
Birmanie : un eldorado vraiment ?

C’est le pays qui fait rêver les entreprises. Dans la délégation d’hommes d’affaires qui accompagne Antonio Tajani en Asie du sud-est, la Birmanie est, de loin, l’étape de loin la plus attendue du voyage. "C’est une terre vierge. Il y a tout à faire", résume le directeur des ventes d’un constructeur automobile, avant d’enchaîner les rendez-vous avec des clients potentiels, dans la grande salle de la chambre de commerce birmane à Rangoon. Comme au Vietnam, des rencontres d’affaires ont été organisées pour les entreprises européennes. Mais l’agenda est surtout cette fois à la politique.

Pour son escale birmane, le commissaire européen Antonio Tajani est d’ailleurs accompagné de Catherine Ashton, la responsable de la diplomatie européenne, ainsi que de deux autres commissaires européens pour lancer officiellement la "task force UE-Myanmar" mise en place par Bruxelles pour assister la Birmanie dans ses réformes.

Amorcée en 2011, la transition démocratique n’est pas encore achevée. L’ouverture de l’économie est indéniable. Depuis la levée des sanctions européennes et américaines, début 2013, la Birmanie attire les investisseurs étrangers. Isolée du reste du monde pendant des décennies, le pays riche en hydrocarbures doit remettre à niveau toutes ses infrastructures, investir dans des centrales électriques, installer un réseau mobile.

Réforme sur les investissements étrangers

Depuis deux ans, le régime a engagé des réformes du droit des associations, de la loi sur les investissements étrangers et devrait achever d’ici la fin de l’année de réviser sa loi pour protéger la propriété intellectuelle, devenue complètement obsolète. "Les lois sont faites mais elles sont encore peu claires à interpréter", nuance Florence Grangerat, avocate pour le cabinet Audier & partners installée depuis un an à Rangoon, la capitale économique du pays. Résultat : aucune banque européenne n’est encore présente dans le pays.

"Les PME ont probablement plus d’opportunités car le pays doit importer dès maintenant des biens de consommation, des machines nouvelles. Pour les grandes entreprises, il est encore un peu trop tôt", estime pour sa part le représentant local d’un groupe du CAC 40, qui voit dans le pays un "nouveau Vietnam mais avec des fondations plus solides". Depuis le printemps, des petites entreprises dans le secteur des services ou des télécoms sont venus tenter leurs chances.

Des infrastructures encore défaillantes

Mais l’eldorado peut aussi s’avérer risqué. "Pour venir ici, il faut être prêt à investir et à se montrer patient", commente Aurélien Bayer qui a ouvert la filiale d’Ogas solutions, un spécialiste du placement de personnel pour le secteur pétrolier. Une prudence que partage aussi Mark Petrovic, en marge du forum d’affaires. "Tout demande plus de temps et plus d’énergie ici", raconte le directeur de la filiale du cabinet d’architecture Archetype, qui suit notamment la construction de Star city, un méga projet immobilier remporté par Bouygues dans la banlieue de Rangoon. Car la Birmanie n’est pas un pays low cost. La main d’œuvre y est plus chère et moins qualifiée qu’au Vietnam. Les coûts du logement ont flambé pour les expatriés depuis un an. Pour l’industrie, les coupures de courant, au moins trois ou quatre par semaines, et le manque d’infrastructure renchérissent aussi la facture.

L’incertitude vient aussi du niveau politique. Lors du forum économique à Rangoon, Aung San Suu Kyi, la leader de l’opposition et prix Nobel de la paix s’est chargée de le rappeler. "Ne venez pas avec des lunettes roses. Quiconque voudrait investir tout en ignorant totalement dans le même temps la nécessité d'amender la Constitution, manque de pragmatisme", a averti l’icône birmane qui bataille pour faire modifier un texte lui interdisant de se présenter à l’élection présidentielle prévue en 2015.

Solène Davesne

0 Commentaire

Birmanie : un eldorado vraiment ?

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

NEWSLETTER Economie Social et management

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le modèle coopératif façon Mondragon

Le modèle coopératif façon Mondragon

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage au Pays basque espagnol. Il s'y est rendu pour nous faire découvrir Mondragon, la plus grande...

Écouter cet épisode

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS