Birmanie: Civils et activistes veulent que Total cesse ses paiements

par Benjamin Mallet et John Geddie
Birmanie: Civils et activistes veulent que Total cesse ses paiements
Le gouvernement civil parallèle de la Birmanie et des groupes de défense des droits ont appelé mardi Total et les autres compagnies pétrolières opérant dans le pays à suspendre leurs paiements à l'État, contrôlé par l'armée depuis le 1er février. /Photo prise le 2 mars 2021/REUTERS/Benoit Tessier

PARIS (Reuters) - Le gouvernement civil parallèle de la Birmanie et des groupes de défense des droits ont appelé mardi Total et les autres compagnies pétrolières opérant dans le pays à suspendre leurs paiements à l'État, contrôlé par l'armée depuis le 1er février.

Ces appels interviennent au lendemain d'une déclaration du groupe français qui s'est une nouvelle fois dit préoccupé par la situation en Birmanie, où la répression des manifestations par les militaires a fait des dizaines de morts, tout en soulignant l'importance de ses activités pour le pays.

"Le coup d'État a laissé les compagnies pétrolières internationales opérant en Birmanie sans autre option que de suspendre leurs relations avec la junte militaire", a déclaré le gouvernement civil parallèle dans une lettre adressée à Total et publiée sur sa page Facebook officielle.

Composé d'ex-parlementaires chassés du pouvoir et connu sous le nom de comité représentant le Pyidaungsu Hluttaw (l'Assemblée de l'Union, l'organe législatif bicaméral), le groupe demande à Total de suspendre ses versements à la Birmanie et de les placer sur un compte protégé jusqu'à ce qu'un gouvernement légitime soit rétabli.

Total n'a pas souhaité commenter ces informations.

La lettre, datée du 5 mars mais mise en ligne mardi, fait écho aux recommandations du rapporteur spécial des Nations Unies sur la Birmanie, Tom Andrews, selon lesquelles des sanctions doivent être prises contre la société Myanmar Oil and Gas Enterprise (MOGE), désormais contrôlée par l'armée et qui représente sa plus importante source de revenus.

Des courriers similaires ont aussi été adressés aux groupe pétroliers Petronas (Malaisie) et PTTEP (Thaïlande), ainsi qu'au producteur d'acier POSCO (Corée du Sud).

Présent en Birmanie depuis 1992, Total y exploite principalement les champs en mer Yadana et Sein, qui assurent la moitié de la consommation du gaz du pays - à travers un gazoduc de MOGE - et 12% de celle de la Thaïlande.

Selon les dernières données disponibles, le groupe français a versé à la Birmanie 786,5 millions de dollars sur la période 2015-2019, dont 166,6 millions au ministère des Finances et 619,9 millions à MOGE.

"Total est préoccupé par la situation et espère une solution pacifique. Total condamne les violations de droits fondamentaux où que ce soit et s'alignera sur ce que décideront les Etats en matière de sanctions. Pour rappel, le gaz de Yadana fournit 50% de l'électricité de Rangoun", a écrit lundi le groupe sur Twitter, en réponse à un journaliste soulignant "sa collaboration avec la junte birmane, malgré la répression".

La déclaration de Total a déclenché sur le réseau social de vives réactions des opposants à l'armée birmane, certains lui demandant de "couper l'électricité".

Le groupement d'activistes "Justice pour la Birmanie" a de son côté estimé que Total devait faire suivre ses paroles d'actes "en suspendant tous les paiements à la junte militaire illégale". "Total et les autres majors pétrolières et gazières ne doivent pas financer les #CrimesContreLhumanite", a-t-il ajouté.

Total opérait déjà en Birmanie sous le précédent régime militaire ayant officiellement quitté le pouvoir en 2011 car ses activités échappaient aux sanctions internationales. Le groupe fait régulièrement valoir son impact positif dans le pays, où il gère notamment un programme de développement social et économique.

(Benjamin Mallet, édité par Blandine Hénault et Jean-Michel Bélot)

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Le théâtre engagé et populaire de Samuel Valensi

Samuel Valensi est un jeune metteur en scène engagé. Passionné de théâtre, il a décidé de quitter les bancs d'HEC pour écrire et mettre en scène. Il est...

Écouter cet épisode

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG.

Technicien de Maintenance en Matériel / Equipement H/F

ETABLISSEMENT FRANÇAIS DU SANG. - 27/06/2022 - CDI - BORDEAUX

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS