Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bios de robots : les premiers automates imitent les animaux

, ,

Publié le

Série d'été Comment sont nés les robots? Ces machines, dont le nom a été inventé par l'auteur de science-fiction Karel Capek dans la pièce de théâtre Rossum's Universal Robot, se sont développées progressivement à partir du 16e siècle pour devenir les bijoux de technologies d'aujourd'hui. Des premiers automates aux humanoïdes, en passant par les robots industriels, découvrez dans cette série d'été les principaux épisodes qui ont marqué l'histoire de la robotique. Aujourd'hui, les animats, premières machines qui imitaient les animaux. 

Bios de robots : les premiers automates imitent les animaux © domaine public

Malheureusement, le premier automate véritablement abouti, un lion présenté par Léonard de Vinci à François 1er en 1515, ne savait pas rugir. Mais cet appareil, remonté à la main comme une pendule, pouvait faire une dizaine de pas, agiter sa tête en ouvrant et en fermant sa gueule et secouer la queue. Lorsque l'on tirait sur un morceau de sa crinière, qui dissimulait un mécanisme, une trappe s'ouvrait sur le côté droit de la machine, laissant s'échapper des fleurs de lys. Les mouvements du lion mécanique sont encore assez éloignés de ceux de l'animal réel, mais c'est la première fois qu'une machine imite de manière aussi exacte un être vivant.

Léonard de Vinci n'a laissé aucun plan de cette invention. En s'appuyant sur des témoignages décrivant le robot et sur des schémas techniques réalisés par le peintre, Renato Boaretto, spécialiste de la fabrication d'automates, est parvenu à recréer la machine pour une exposition organisée en 2010 au château du Clos Lucé (Touraine), la dernière résidence de l'artiste.

Découvrez sur la vidéo ci-dessous comment l'animal artificiel se déplace :

Un canard capable de digérer

Deux siècles plus tard, un autre animat (machine imitant les animaux) fait parler de lui : le canard de Vaucanson. Il est présenté par son créateur, le mécanicien français Jacques de Vaucanson, en 1738. Cet automate en cuivre, capable de manger, de digérer et même de déféquer, défraye la chronique. L'appareil n'est pas une simple représentation d'un être vivant : il est véritablement capable de reproduire le processus biologique d'un animal (même si certains observateurs de l'époque accusent Vaucanson d'avoir triché : la digestion du volatile serait, pour eux, une supercherie).

Le canard mécanique est un véritable bijou de mécanique, fruit des nombreuses heures d'observation de l'inventeur. Il est animé par un système de poids, qui lui permet de tremper son bec dans l'eau, de bouger ses pattes, son cou, ses ailes, sa queue. Chaque aile comprenait plus de quatre cents pièces articulées.

Dans la vidéo ci-dessous, une imitation du canard de Vaucanson :

Lélia de Matharel

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle