Bioraffinerie : l’Irstea développe un pilote pour valoriser les biodéchets

Partager
Bioraffinerie : l’Irstea développe un pilote pour valoriser les biodéchets

L’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) a présenté les résultats du projet collaboratif de R&D Biorare mené en coopération avec l’Inra, le CNRS et le groupe Suez. Ce programme a été initié en 2011 dans le cadre de l’appel à projets Bioressources et Biotechnologies du programme des investissements d’avenir en 2010. Il a pour objectif de développer un concept technologique de rupture de production de molécules plateformes pour la chimie verte. « Biorare a pour ambition de développer la bioraffinerie environnementale à l’aide d’une technologie de rupture : l’électrosynthèse microbienne. Issue de travaux de chercheurs américains de 2010, cette technologie a pour principe d’utiliser des cultures de microorganismes électroactifs pour produire des composés d’intérêt », explique Théodore Bouchez, chercheur à l’Irstea et coordinateur du projet Biorare.

Une innovation pour valoriser les déchets organiques

Si le concept d’électrosynthèse microbienne a vu le jour outre-Atlantique, les partenaires du projet Biorare ont eu l’idée d’utiliser la méthode pour convertir des biodéchets alimentaires. Après plus de cinq années, les chercheurs sont parvenus à mettre au point un pilote de ce système bioélectrochimique à deux compartiments, similaire à une batterie, séparés par une membrane. Ce système de maturité industrielle TRL4, comprend un premier compartiment alimenté en hydrolysat de biodéchets, et qui contient une anode sur laquelle un mix de microorganismes de fermentation et d’autres électroactifs sont interfacés. L’autre compartiment du système se compose d’une biocathode sur laquelle des microorganismes électrotrophes et autotrophes sont fixés et alimentés en CO2. En présence d’électrons, les organismes de la biocathode sont capables de produire des molécules d’intérêt telles que de l’acide acétique, de l’acide formique. « Nous travaillons également à identifier une souche bactérienne qui servirait à produire de l’acide succinique », indique Théodore Bouchez. Avant de poursuivre : « A plus long terme, il est également envisageable d’obtenir d’autres types d’acides carboxyliques, des acides gras des alcools et même des esters ». En outre, le fait que les bactéries soient électrotrophes permet de mieux contrôler leur activité métabolique via le dispositif électrique. « Le rendement de production de molécules d’intérêt par électrosynthèse microbienne est potentiellement très élevé, compris entre 90 à 100 % », affirme Théodore Bouchez. De plus, grâce à l’apport d’énergie chimique contenue et libérée par les déchets, le procédé permet de gagner un facteur minimum de 2,5 sur l’énergie consommée.

Une technologie à intégrer à la méthanisation

Le concept technologique de Biorare pourrait très bien se fondre dans les installations existantes de méthanisation. En effet, ces unités approvisionnées en biodéchets sont en mesure d’obtenir de l’hydrolysat, et du CO2 (issu de la purification de biogaz). Selon un scénario imaginé par les équipes de recherche, une installation de méthanisation traitant 50 000 tonnes de biodéchets pourrait permettre de produire 3 900 t d’acide formique ou 1 300 t d’acide acétique ou encore 1 400 t d’acide succinique. Mais il reste encore du travail pour parvenir à une unité d’électrosynthèse microbienne de taille industrielle, comme le précise Théodore Bouchez : « Il faudrait 3 à 5 ans pour mettre au point un pilote semi-industriel en ayant ciblé une molécule et un marché. Et cinq années supplémentaires seraient nécessaires pour parvenir à un démonstrateur et une unité industrielle ».

Sujets associés

NEWSLETTER Bioéconomie

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Nouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Auditeur QSE (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 23/06/2022 - CDI - Lille

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - SEMISAP

Entretien des réseaux d'assainissement du patrimoine immobilier de la SEMISAP

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS