Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Biomodex imprime nos organes

Marine Protais ,

Publié le

Made in France

Biomodex imprime nos organes
Simulateur d’anévrisme intracrânien de Biomodex
© DR

Une alternative aux cadavres d’animaux ou d’humains, voilà ce que propose Biomodex aux chirurgiens pour se former et s’entraîner. Ses organes synthétiques – os, veines, muscles… – sont fabriqués par impression 3D. Dessinés à partir d’images d’IRM et de scanners, ils imitent les propriétés mécaniques des tissus en jouant sur la composition des matériaux composites utilisés. "L’avantage de l’impression 3D est qu’elle permet de reproduire les formes complexes de l’anatomie humaine", précise un porte-parole de la pépite. Biomodex a réalisé notamment un simulateur d’os temporal, particulièrement difficile à fabriquer à cause de ses nombreuses cavités. La technologie permet également d’imprimer une copie de l’organe d’un patient spécifique. Le chirurgien pourrait ainsi s’entraîner avec le modèle exact de son patient et limiter le risque opératoire.

L’histoire de Biomodex commence en 2014. Thomas Marchand, alors en master à l’Essec, et Sidarth Radjou, à Centrale Supelec, ne se connaissent pas, mais travaillent tous les deux sur l’impression 3D dans le domaine médical. L’un sur les opportunités commerciales, l’autre sur l’ingénierie. Ils se rencontrent et fondent Biomodex quinze jours plus tard. Aujourd’hui la start-up, accompagnée par l’accélérateur de Dassault Systèmes, emploie 21 salariés à Paris et Boston. La mise sur le marché des simulateurs de Biomodex, pour le moment en test, est prévue pour 2018. La jeune pousse compte vendre ses solutions à des fabricants de dispositifs médicaux. "Leurs technologies peuvent être très différentes. Les industriels ont donc besoin de former les chirurgiens au geste technique permettant de placer le dispositif", explique le porte-parole. La start-up s’apprête à réaliser sa seconde levée de fonds d’ici à fin 2017 après avoir levé 3,6 millions d’euros en 2016. 

L’innovation

Un algorithme breveté capable d’interpréter des images d’IRM et de scanners pour générer des modèles d’organes imprimables pour l’entraînement des chirurgiens.

L’opportunité

La médecine personnalisée arrive à grande vitesse. Ceux qui maîtrisent l’exploitation des données et les technologies d’impression 3D seront les premiers servis sur ce marché.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus