Biomimétisme : le CESE recommande de s’inspirer de la nature pour innover

Le CESE a rendu  ses préconisations pour appuyer les démarches de biomimétisme. Celui-ci doit contribuer à renouer avec une industrie durable, dans le cadre de la transition énergétique et écologique initiée par la France.

Partager
Biomimétisme : le CESE recommande de s’inspirer de la nature pour innover

« Imiter la nature pour innover de façon durable, voilà une idée qui prend tout son sens au moment où la France s’engage dans une transition à la fois énergétique et écologique », sont les mots par lesquels le Conseil économique, social et environnemental (CESE) motive son intérêt pour le biomimétisme. A la différence de l’industrie telle qu’elle s’est développée depuis bientôt 300 ans, une démarche de bio-mimétisme ne cherche pas à exploiter les ressources et richesses de la nature, mais à en tirer des enseignements. Autrement dit, à s’en inspirer, et apprendre à faire autrement dans des domaines aussi variés que la chimie, la robotique, l'intelligence artificielle, l'agriculture, etc. De nombreux spécialistes préfèrent d’ailleurs au terme "biomimétisme" le terme "bioinspiration".

Ce 9 septembre 2015, l’avis "le biomimétisme : s’inspirer de la nature pour innover durablement" a été voté à l’unanimité par l’assemblée du CESE. Selon le conseil, la capacité d’adaptation du vivant et son exigence de durabilité peuvent faire du biomimétisme un outil de nos transitions énergétique et écologique. Il convient de s’inspirer des fonctions et de l’organisation du vivant pour viser une réconciliation de la technosphère et de la biosphère. Le CESE liste les potentialités et les freins au développement du biomimétisme dans l’avis que l’on peut trouver ici.

« Nous n'avons pas besoin de tout réinventer : le vivant l'a déjà fait »

Entre autres préconisations, le CESE invite les industriels à recourir plus souvent à des procédés innovants inspirés de la nature. Si en effet, le biomimétisme doit avoir un effet durable sur la société, les industriels doivent en faire un axe de recherche à part entière. En ce domaine, l’Allemagne est pionnière. Elle a été à l’origine de la création du Biokon, premier réseau international dédié au biomimétisme. Les Etats-Unis sont également actifs dans le domaine, et construisent actuellement une banque de données pour fournir une utilisation optimale et partagée des données sur le biomimétisme. En France aussi, bien que moins bien placée, les initiatives germent. Depuis février, le Centre européen d'excellence en biomimétisme de Senlis (Ceebios) spécialisé dans le biomimétisme accueille universitaires et industriels, parmi lesquels Véolia, Saint-Gobain ou encore L’Oréal. Le premier groupe de travail du Ceebios réunit différents acteurs autour du thème de l’habitat bio-inspiré, dont Eiffage, qui travaille sur la dépollution des sols. Dans d’autres domaines, Renault vise à donner plus de souplesse énergétique à la voiture, tout comme un corps vivant adapte sans cesse sa dépense énergétique aux sollicitations extérieures, ou Airbus Helicopters planche sur des liaisons pales rotors qui s’inspirent du genou. « Nous avons compris que nous n’avions pas besoin de tout réinventer. Le vivant l’a déjà fait. En outre, il ne consomme pas de pétrole, ne laisse aucun déchet, tout y est recyclé, et avec un coût énergétique très bon », fait valoir Gilles Bœuf, à la tête du conseil scientifique du Ceebios et conseiller scientifique auprès de la ministre de l’Écologie du Développement durable et de l’Énergie.

Le biomimétisme, à l’instar de la chimie verte, a assurément de beaux jours devant lui tandis que les ressources naturelles deviennent plus rares. Il doit permettre de renouer avec une façon durable d’utiliser notre environnement et une consommation plus sobre en ressources, tout en stimulant plus que jamais nos capacités de créativité et, bien sûr, d’innovation !

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

Responsable activités chez Aibus site de St Nazaire F/H

Safran - 20/01/2023 - CDI - Saint-Nazaire

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - ERILIA

Construction de 46 logements collectifs à Morières-les-Avignon (84)

DATE DE REPONSE 28/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS