Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Biomasse : et maintenant, l'appel aux centrales de chaleur

,

Publié le

L'Ademe lance le 5 décembre un appel à projets d'énergies de biomasse dans le cadre du « fonds chaleur renouvelable ». Objectif : soutenir de nouvelles installations assurant plus de 1000 tonnes d'équivalent pétrole par an.

Biomasse : et maintenant, l'appel aux centrales de chaleur

Verriers, cartonniers, serres agricoles, deshydrateurs, équipementiers automobiles, industriels des matériaux... Mais aussi offreurs de services énergétiques aux industries, éleveurs, cultivateurs d'algues vertes... Nombreux sont les secteurs industriels qui pourront se bousculer au portillon ! L'Ademe leur tend une perche le 5 décembre, sous forme d'appel à projets.  Pour 2009, elle espère sélectionner entre 50 et 100 projets, qui recevront une aide à la production sur 5 ans. Le dispositif doit permettre la création de plus de 10.000 emplois locaux dans la filière biomasse. 

4 à 5 MW. Il s'agit en effet ici de cibler les industries de taille moyenne : ni les gros papetiers, ni les tous petits. Les projets tourneront ainsi autour d'une échelle de 4 à 5 MW par unité. Seuls les équipements produisant de la chaleur à partir de biomasse (y compris par la combustion de biogaz) en substitution à des énergies fossiles seront éligibles, pour un total de puissance souhaité de 100.000 tonnes équivalent pétrole (tep). De façon générale, l'Ademe utilise deux moyens pour instruire des projets de cette taille afin de favoriser le thermique à partir de biomasse : des appels d'offres nationaux comme celui-ci, et des dispositifs de soutien au niveau régional. 
 

Calendrier et questions pratiques

Dates limites de réception des candidatures :
1er avril 2009 : plan d'approvisionnement en préfecture
1er juin 2009 : dossier de candidature complet à l'Ademe 
18 août 2009 : copie de l'avis du préfet de région à l'Ademe
Les questions relatives à cet appel à projets doivent être adressées par mail à boisenergie@ademe.fr. Une réponse sera apportée dans les 10 jours ouvrés suivant la demande.

Les installations retenues par cet appel à projets, reconduit chaque année pendant au moins 3 ans, devront être mises en service au plus tard le 1er janvier 2012. La répartition des projets sur le territoire n'est pas évidente à déterminer de prime abord : si la Bretagne bénéficie de nombreux acteurs industriels de l'agroalimentaire, elle ne compte pas beaucoup de forêts. Quant au Limousin ou à la Franche-Comté, s'ils sont mieux servis en forêts, ils le sont moins en industries ! 

Financeur de cet appel à projets, un  « fonds chaleur renouvelable », doté d'un milliard d'euros pour la période 2009-2011, engagé par l'État dans le cadre du Grenelle Environnement, puis réaffirmé par Jean-Louis Borloo le 27 novembre au sein des 50 mesures de son « plan énergies renouvelables ». La palette du fonds est vaste : biomasse, géothermie, solaire... l'ensemble des ressources ne sera donc pas uniquement consacré à l'appel d'offre. 

Pas folle la guêpe. Reste que dans ce très vague milliard d'euros que compte le fonds "chaleur renouvelable", l'Ademe s'est bien gardée d'éclaircir quelle proportion serait consacrée à l'appel à projets. Les candidats auraient tôt fait de diviser le tout par 100.000, et de trouver le juste prix de la tonne équivalent pétrole à proposer dansleur budget proposé ! « Un budget est alloué, il est assez conséquent », se borne à commenter Jean-Christophe Pouet, responsable du département bioressources au sein de l'Agence.  « Les candidats sélectionnés bénéficieront d'une aide à la production d'énergie » précise le document officiel. « Le candidat indiquera la production énergétique annuelle sortie chaudière à partir de biomasse (engagement en tep /an) et proposera un montant d'aide nécessaire pour réaliser son projet. » est-il indiqué. « Les dossiers seront ainsi classés en fonction du ratio : aide (€) / énergie annuelle sortie chaudière produite à partir de biomasse (tep). » poursuit le document. « Les dossiers prioritaires seront ceux ayant le ratio le plus petit. »

En toute simplicité, l'Ademe procèdera à un classement des projets et financera les 100 000 tep les moins chères. Cela signifie-t-il que seuls les plus grands projets seront  de fait privilégiés ? « C'est plus compliqué que ça », explique Jean-Christophe Pouet. Les projets seront aussi départagés en fonction de leur approvisionnement : ceux disposant de leur propre biomasse bénéficieront d'un coût presque nul pour leur matière première, à l'image des scieries ayant à portée de main leurs propres déchets de copaux de bois et d'écorces issus de la fabrication des planches. En revanche, les industriels devant aller chercher du bois en forêt, voire acheter ce bois, devront supporter des coûts de transport et de fourniture significatifs.

L'aide sera allouée en plusieurs phases : une avance (25%) sera octroyée au lancement des travaux après signature du contrat avec l'Ademe et sur présentation d'une caution bancaire correspondant au montant. L'aide restante sera répartie sur 5 ans (15%/an) au prorata de la production thermique réelle relevée au compteur de chaleur de la (les) chaudière(s) biomasse. Mais avant d'espérer passer par la case argent comptant, pour l'heure, il faudra passer par la case paperasse.
 

10% des besoins énergétiques mondiaux

La biomasse peut couvrir à moyen terme 10% des besoins énergétiques mondiaux, selon une étude du Conseil sur les changements écologiques globaux, qui assiste le gouvernement allemand, parue mercredi 3 décembre.
http://www.wbgu.de/wbgu_home_engl.html

Le « petit » frère de l'appel « CRE ». Cet appel d'offre s'inscrit par ailleurs dans un contexte de soutiens gouvernementaux aux projets énergétiques à base de biomasse différenciés selon la taille de marché. Pour les plus gros projets industriels, c'est le ministère de l'industrie qui chapeaute : son appel à projet « biomasse » est en effet piloté par la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Ce dernier concerne la production de chaleur mais aussi d'électricité, et porte sur un tarif de rachat privilégié par EDF, plutôt que sur une subvention sonnante et trébuchante. Les projets sont là retenus en fonction du tarif de rachat qu'ils proposent. Une nouvelle vague de projets devrait d'ailleurs être soutenue : après la sélection de 22 projets en juillet dernier pour une puissance totale de 300 MW, un troisième appel à projets concernant une puissance de 250 MW devrait être lancé par la CRE début janvier. Sachant qu'une centrale biomasse fonctionne environ 8000 heures par an, cela concernera des installations d'en moyenne 10 MW électrique, ou 30 MW thermiques : des grands papetiers, de grosses industries lourdes.

« Gros » ou « moyens » projets soutenus par le ministère de l'Environnement via l'Ademe ou par le ministère de l'Industrie via la CRE visent à répondre aux objectifs ambitieux qui ont été fixés par le Grenelle à l'horizon 2020, déclinés par type d'énergie avec une forte contribution de la biomasse :

 

Source : rapport COMOP ENR n°10 du Grenelle de l'environnement

A l'heure des comptes. L'appel à projet « chaleur » lancé ce 5 décembre visant 100 ktep supplémentaires par an, 300 ktep pourront d'ici 2012  être portées au crédit de la ligne « Industrie » du tableau ci-dessus. Quant aux 400 ktep restants à produire pour atteindre les objectifs, l'Ademe devrait annoncer de nouvelles mesures en janvier.

Ana Lutzky

Postuler :
http://www.ademe.fr/appels-propositions
Lire aussi :
Appel gouvernemental à la biomasse : c'est parti, le 02/12/2008
Borloo annonce son plan pour l'énergie verte, le 17/11/2008
 

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle