Bilan du Mondial : « Un succès exceptionnel compte tenu du contexte »

Le Mondial de l'Automobile, qui se déroulait à Paris du 4 au 19 octobre, a enregistré précisément 1.432.972 visiteurs, soit une progression de quelque 1.000 visites par rapport à la dernière édition. Cinq questions au commissaire général du salon.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bilan du Mondial : « Un succès exceptionnel compte tenu du contexte »

Cette édition 2008 se termine sur une progression infime, mais dans un contexte économique très défavorable. Etes-vous satisfait de la fréquentation ? Cela vous surprend-il ?
Thierry Hesse. Qui aurait pu penser au vu du contexte que la fréquentation serait en hausse ? Le record de visites a été battu, ce qui dans ces conditions représente pour moi un succès exceptionnel. Mais en même temps, je ne suis pas surpris. L'automobile a beau être attaquée quotidiennement par des gens qui prévoient sa mort à court terme, il existe une vraie passion entre les Français et l'automobile. Par ailleurs, le salon accueillait cette année 90 premières mondiales, ce qui a incité le public à venir. Sur ces 90 nouveautés, une trentaine étaient des véhicules à économie d'énergie, qui répondent aux questions que se posent les consommateurs à l'heure actuelle.
La vraie surprise, ce sont les prises de commande. Certains constructeurs ont fait mieux qu'en 2006.

Quels sont les résultats au niveau des ventes ? Quels modèles ont le mieux marché ?
Les grands constructeurs français ont constaté une hausse assez forte en nombre de contacts par rapport à il y a deux ans, et ils ont atteint leurs objectifs de ventes. Cela signifie que le salon a bien joué son rôle de vitrine. On peut même penser que les mois à venir s'annoncent bien.
Les constructeurs de véhicules de prestige sont contents. Jaguar et Ferrari ont doublé leurs ventes par rapport à 2006. Maybach, qui commercialisait un véhicule 1,2 million d'euros, en a vendu 4 exemplaires en une journée samedi dernier.
Quant aux petits véhicules, ils ont également enregistré de très bons résultats, à l'image de l'IQ de Toyota, excessivement bien perçue, qui a écoulé tous ses stocks d'ici à la fin de l'année.

Quelles sont les tendances que vous retenez de ce salon ?
Tout d'abord, le grand nombre de véhicules utilisant de nouvelles énergies, avec parfois des concept cars très innovants. Nos pistes d'essais pour les véhicules électriques ont été utilisées par plus de 5.000 personnes. L'autre tendance est l'arrivée en masse de petits véhicules urbains, avec un marché boosté en France par le bonus-malus.

Avez-vous observé des évolutions dans le profil des visiteurs ?
Nous avons constaté un forte augmentation du nombre de visiteurs étrangers, qui confirme la reconnaissance internationale du Mondial de l'Automobile, plus grand salon automobile du monde en termes de fréquentation. Nombre de ces visiteurs sont venus à Paris exprès pour le salon. Autrement, il y a toujours une majorité de familles.

Et au niveau du chiffre d'affaires de l'édition 2008, comment cela s'annonce-t-il ?
Nous sommes toujours bénéficiaires. Cependant, les entrées rapporteront moins cette année en raison de la création d'un tarif pour les 10-18 ans, qui a représenté plusieurs dizaines de milliers de visiteurs.

Propos recueillis par Raphaële Karayan

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS