Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Agro

[Bilan 2018] Les trois temps forts de l'élaboration de la Loi Alimentation

, ,

Publié le

Si 2017 était l'année des Etats Généraux de l'Alimentation, 2018 était consacré à la traduction, dans la loi, de ces grandes discussions autour de l'agriculture et de l'alimentation. L'Usine Nouvelle revient sur les principaux temps forts qui ont entouré les discussions sur ce texte.

[Bilan 2018] Les trois temps forts de l'élaboration de la Loi Alimentation
La loi Alimentation, votée en octobre 2018, veut révolutionner l'alimentation des français
© flickr Marco Verch

L'encadrement des promotions et l'interdiction des ventes à perte

8000 amendements déposés, des heures de discussion intenses, des tensions entre l'Assemblée nationale et le Sénat, rarement une loi n'aura autant passionné les parlementaires. Face à cet enthousiasme, le texte qui devait initialement être adopté au premier semestre 2018 n'a finalement été voté que début octobre.

Parmi les mesures phares adoptées par les députés pour rééquilibrer les relations entre les producteurs, les industriels et les distributeurs et améliorer les conditions de vie des agriculteurs en permettant une meilleure répartition de la valeur, on retrouve : la fin des promotions, le relèvement du seuil de revente."Il s’agit de deux mesures urgentes et nécessaires pour mettre fin à la vente à perte et à la grande braderie permanente sur les produits alimentaires", expliquait Richard Girardot, le nouveau président de l’Association nationale des industries alimentaires. Ces deux dispositions seront d'ailleurs les premières à entrer en vigueur respectivement au 1er janvier et au 1er février 2019. 

Nos articles sur le sujet :

 

La bataille du glyphosate

Parmi les amendements qui ont le plus fait débat lors des discussions sur la loi Alimentation, ceux déposés respectivement par Matthieu Orphelin et Delphine Batho sortent largement vainqueurs. Malgré la volonté du gouvernement de se positionner en leader dans la lutte contre les pesticides et sortir du glyphosate d'ici à trois ans, les deux députés ont chacun promu un texte qui tendait à rendre l'interdiction du fameux pesticide effective dès 2019. Rejetés par 69 voix contre 9, ces textes n'en ont pas moins maintenu le débat sur le glyphosate ouvert tout au long de l'année 2018.

Nos articles sur le sujet:


Le plan ambition bio 2022

Largement mis à l'honneur lors des Etats Généraux de l'Alimentation et dans le texte de la loi Alimentation, le bio a aussi gagné, en 2018, un plan d'action spécifique. Le plan "ambition bio 2022" lancé en juin 2018 vise à soutenir la croissance du bio qui représente déjà 8,3 milliards d'euros de vente. Pour cela, les pouvoirs publics se sont donnés pour objectif d'atteindre 15% de surface agricole utile en agriculture biologique d'ici à 2022, contre 6,5% actuellement.

La consommation de produits bio sera, quant à elle, soutenue par la restauration collective puisque le gouvernement s'est fixé comme objectif que 20% des produits proposés dans la restauration collective devront venir de l’agriculture bio. Pour atteindre ces objectifs, le plan ambition bio 2022 bénéficie d'un financement de 1,1 milliard d'euros.

Nos articles sur le sujet:

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle