Big Data : Quels retours sur investissement ?

Selon une étude internationale : le Big data permet aux dirigeants de mieux prendre des décisions et de développer leur chiffre d'affaires. Pour autant, un projet Big data doit être réalisé autour d'une problématique précise et ses objectifs clairement chiffrés, si l'on veut en attendre de véritables retours sur investissements, estiment plusieurs experts du secteur.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Big Data : Quels retours sur investissement ?

Les solutions de Big data font beaucoup parler d'elles. Mais que peuvent réellement en attendre les industriels ? De grosses entreprises de secteur automobile, de l'aéronautique ou même de l'agroalimentaire se sont lancées dans l'aventure. S'il est encore trop tôt pour évoquer des retours sur investissements effectifs, les retours potentiels du Big data ont été identifiés dans le cadre d'une enquête internationale menée par Avanade, fournisseur de solutions technologiques d'entreprise et de services gérés.

L'étude a été réalisée auprès de plus de 550 cadres supérieurs et directeurs informatiques dans le monde. Résultat : 84 % des personnes interrogées déclarent que l'analyse de gros volumes de données leur permet de prendre de meilleures décisions et 73 % ont déjà utilisé leurs données pour développer leur chiffre d'affaires en augmentant leurs sources de revenus existantes (57 %) ou en créant de nouvelles sources de revenus (43 %).

"Aujourd'hui, le Big Data concerne tout le monde et figure parmi les premiers leviers exploités par les chefs d'entreprise pour générer une réelle valeur ajoutée", estime Tyson Hartman, directeur technique international et vice-président d'Avanade.

Les entreprises sont bien entendu confrontées à certaines problématiques soulevées par le Big data : 85% des sondés indiquent ainsi faire face à des difficultés liées à la gestion et l'analyse des données, et 63 % estiment que leur entreprise doit développer de nouvelles compétences pour convertir les données en informations exploitables.

"Les problématiques liées au Big Data demeurent, mais les opportunités offertes sont bien plus importantes. Les chefs d'entreprise passent d'une stratégie défensive à une stratégie offensive en matière de gestion des données", conclut Tyson Hartman.

Bien définir son projet Big data

Pour Bertrand Frot, associé de Keyrus Management : "Une entreprise doit clairement identifier les bénéfices qu'elle attend du Big data, sinon il n'y aura aucun retour sur investissement. Se lancer dans le Big data simplement pour améliorer de manière générale ses processus métiers est insuffisant".

Selon le cabinet de conseil, spécialisé dans l'amélioration de la performance collective, le Big data peut apporter des gains à court terme et même se révéler rentable dès 18 mois. Mais cette rentabilité n'est obtenue qu'à condition d'avoir "fixé des objectifs clairs et un périmètre d'analyse précis".

Exemple cité par Keyrus : une entreprise de l'agroalimentaire ayant décidé d'avoir recours au Big data pour pouvoir mieux négocier avec la grande distribution. "L'objectif est d'obtenir des données précises et étayées afin d'arriver mieux armé à la table des négociations", poursuit Bertrand Frot.

Un point de vue partagé par Augustin Landier, économiste et spécialiste du Big data : "Les retours sur investissements peuvent être très courts mais un industriel souhaitant se lancer dans un tel projet doit avoir une idée très précise de l'objectif qu'ils cherchent à atteindre."

Selon-lui, le Big data peut permettre à une entreprise "d'être beaucoup plus lucide sur elle-même" en ayant une connaissance précise, et mise à jour, de sa clientèle, de ses partenaires ou même de son organisation.

Commencer par son cœur de métier

Pour Philippe Nieuwbourg, analyste indépendant spécialisé en "Intelligence d'Affaires" : "Il faut que les entreprises lancent prioritairement des projets Big data sur leur cœur de métier, c’est-à-dire là où elles pourront clairement chiffrer les retombées potentielles". Il cite comme exemple celui d'un grand fabricant de voitures de luxe qui mène actuellement un projet Big data autour du comportement de ses conducteurs.

La collecte porte sur 150 millions d'informations par jours afin de constituer une base de données de 60 milliards d'enregistrements. L'objectif est d'améliorer les R&D des véhicules, d'anticiper l'usure de certaines pièces et de réduire la fraude à la garantie. "L'erreur avec le Big data serait de lancer un projet marketing vague, sans savoir précisément où l'on va", conclut-il.

N.B. : L'enquête « Is Big Data Producing Big Returns? » a été réalisée en avril 2012 par Research Wakefield, société d'études indépendante, auprès de 569 cadres dirigeants, décideurs informatiques et chefs de service de grandes entreprises dans 18 pays du continent américain, d'Europe, d'Asie Pacifique et d'Afrique du Sud.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS