Bientôt une usine de méthanisation dans les Landes

A Bordères-et-Lamensans, Idex, Soléal et un groupe d’éleveurs s’apprêtent à lancer une installation permettant de récupérer des déchets d’une usine de maïs pour produire de l’électricité et des engrais organiques.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bientôt une usine de méthanisation dans les Landes
Unité de méthanisation Geotexia à Saint-Gilles-du-Mené.

Le projet a été baptisé Egisol et fait l’objet d’un investissement de 15 millions d’euros. Le site sera implanté à quelques kilomètres de l’usine de Soléal (Sud-Ouest-Légumes-Alliance), une filiale du groupe Bonduelle implantée à Bordères-et-Lamensans (Landes). Soléal (145 salariés) conditionne chaque année 36 000 tonnes de maïs doux et 19 000 tonnes de légumes surgelés pour Bonduelle.

L’usine de méthanisation sera alimentée par ses déchets et les lisiers du Groupement d’étude et de développement agricole (Geda) du secteur, qui rassemble 21 éleveurs de bovins et de canards. Soit au total 95 000 tonnes de déchets (45 000 tonnes de résidus de maïs, 27 000 tonnes de jus de pressage, 21 000 tonnes de fumier et de lisier) non valorisés à ce jour.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

20 000 mégawatts/heure

Après transformation, le méthane sera brûlé dans une turbine. La chaleur dégagée permettra de sécher du maïs et de produire 20 000 mégawatts/heure, soit la consommation annuelle de 5 400 foyers. L’électricité générée sera revendue à EDF. En outre, 90 % des résidus végétaux qui transitent actuellement par Grenade-sur-l’Adour seront valorisés sur place par la production d’un engrais organique utilisable par les agriculteurs locaux. Pour les éleveurs, cela représenterait une économie de 150 euros par hectare, c’est à dire la moitié de la facture annuelle d’engrais pour le maïs.

L’usine sera exploitée par Idex (3 500 salariés, 100 agences en France). Sa mise en service est programmée pour 2016. Le dossier sera déposé cet été à la préfecture pour instruction.

Aujourd’hui, pas moins 1 800 semi-remorques évacuent ces déchets de mai à septembre vers des industriels de l’alimentation animale, en France et en Espagne. Pour rappel, en mars dernier, le gouvernement a présenté un plan "Energie méthanisation autonomie azote" visant à développer 1 000 méthaniseurs agricoles en France d’ici 2020. Actuellement, il n’en existe qu’une centaine.

Nicolas César

0 Commentaire

Bientôt une usine de méthanisation dans les Landes

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié
0 Commentaire

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS