Bien gérer ses fichiers CAO pour imprimer

L'impression 3D devenant abordable, nombre de PME envisagent de s'équiper. Mais les machines de premier prix, efficaces pour personnaliser des objets existants prévus à cet effet, ne sont en revanche pas adaptées à l'utilisation de ses propres modèles CAO.

Utiliser ses logiciels de CAO pour fabriquer par impression 3D ? La manoeuvre est plus complexe qu'il n'y paraît. Certes, tous les logiciels de CAO sont capables d'exporter les modèles en format STL, le plus courant en entrée des imprimantes 3D. Mais encore faut-il qu'ils soient « propres ». C'est-à-dire « que tous les contours soient fermés, les arêtes des facettes triangulaires jointives, sans "trous" dans la matière ou erreurs de topologie », précise Pascal Devatine, responsable de Solid Edge chez Siemens PLM Software.

Le format STL étant facettisé, il faut aussi régler quelques paramètres pour obtenir une pièce exacte et de bel aspect. « En premier lieu, la valeur de corde, c'est-à-dire la distance maximale entre un profil exact et son approximation par une facette. Plus elle est faible, plus la pièce est précise, mais plus le fichier est gros, donc long à traiter », explique Pascal Raynaud, spécialiste Creo chez PTC.

La chaîne : scanner, CAO, imprimante est vite maîtrisée

« La préparation d'un fichier STL en vue de son impression en 3D est simple et logique pour un utilisateur de CAO », estime malgré tout Philippe Pigeard, responsable de CadLink, distributeur de Rhinocéros, un logiciel de CAO 3D économique apprécié des designers et amateurs. « Il suffit de positionner la pièce pour qu'elle soit facile à fabriquer et éventuellement prévoir des supports pour la soutenir durant l'impression si ce n'est pas fait automatiquement. Rien de bien sorcier pour un concepteur ayant la fibre production. » Il faut aussi éviter dans le modèle les parois trop minces, 0,7 à 1 mm suivant les machines, ainsi que les zones trop massives, consommatrices de matériau et de temps de réalisation.

Du point de vue du design, le jeu en vaut en tout cas la chandelle. « L'impression 3D présente moins de contraintes que la fabrication traditionnelle », estime Paul Huguet, responsable technique chez SolidWorks. « L'accessibilité de l'outil ou des contre-dépouilles, voire le passage d'une pièce dans une autre n'ont pas à être pris en compte. On peut donc réaliser des objets impossibles à fabriquer autrement ! » Pour Joël Rivault, directeur du distributeur 3D Solutions, « l'impression 3D révolutionne déjà certains métiers. Les bijoutiers et les prothésistes s'accaparent très vite la chaîne : scanner, CAO, imprimante. Pour moins de 35 000 euros, ils peuvent partir de l'existant, le modéliser, le modifier et imprimer le moule servant à réaliser un objet où les adaptations seront minimes. » De son côté, Dassault Systèmes propose, moyennant 15 euros, de faire fabriquer une figurine par son prestataire Sculpteo. Et mise sur ces technologies pour stimuler l'innovation. « Nous proposons aux designers lors d'un concours trimestriel de créer des objets aux formes qui mettent à l'épreuve les capacités des imprimantes 3D », souligne le directeur stratégie marketing, Frédéric Vacher.

Reste que la diffusion de cette technologie représente un risque pour la propriété intellectuelle et industrielle contenue implicitement dans une géométrie. On pourrait même aller jusqu'à imaginer une loi Hadopi pour le 3D.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'hebdo de la techno

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles clés de l'innovation technologique

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

80 - MONTDIDIER

Etudes géotechniques pour la déconnexion de 25HA de surfaces actives du système de collecte de Montdidier en amont du DO13.

DATE DE REPONSE 20/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS