Bien financer et gérer sa flotte automobile

Publié le

Publi-rédactionnel La bonne conduite d’une flotte automobile passe par son mode de financement, achat ou location, mais aussi par les moyens mis en œuvre pour en optimiser le fonctionnement en maîtrisant au plus près ses coûts de gestion.

Bien financer et gérer sa flotte automobile

LE BON FINANCEMENT

Les indemnités kilométriques (IK) offrent une liberté totale dans le choix du véhicule et peuvent représenter un complément de revenus. Cependant, ils font porter une lourde charge à la société. En effet, elle supporte de nombreuses contraintes : inadéquation avec les besoins réels, impossibilité de maîtriser l’état, le kilométrage et l’apparence du véhicule, charges décuplées en cas de fort kilométrage et risques de contrôles URSSAF accrus.

L’achat en nom propre du véhicule permet, contrairement aux IK, de maîtriser le coût de sa flotte. L’entreprise est propriétaire de véhicules participant à sa valorisation globale, elle peut amortir ses véhicules et donc déduire de ses impôts une partie des dépenses. A contrario, l’achat est synonyme d’immobilisation de trésorerie et donc de limitation de capacité d’emprunt. En outre, l’entreprise supporte des coûts de détention et d’entretien plus importants, avec en fin de vie un risque de dépréciation important sur chaque véhicule.

Le crédit-bail et la location avec option d’achat (LOA) permettent à l’entreprise de ne pas immobiliser ses actifs et d’offrir un avantage en nature à moindres frais à ses salariés. Le premier loyer majoré, le dépôt de garantie et la faible valeur résiduelle des véhicules sont autant d’atouts pour optimiser son parc. Mais le coût d’acquisition est toujours supérieur au coût réel du véhicule, et le taux opaque, notamment pour LOA, peut réserver de mauvaises surprises, de même que les dépassements kilométriques en fin de contrat.

La location longue durée (LLD) présente l’avantage de louer une voiture neuve sur une période pouvant aller jusqu’à 5 ans. Ce système est vertueux pour les kilométrages importants. Pour l’entreprise, c’est le choix de la sécurité : elle ne touche pas à ses actifs, lisse ses dépenses sur la durée et n’endosse pas les risques liés à la revente, les véhicules étant repris en fin de contrat par le loueur. La LLD nécessite au demeurant un calcul précis de la durée et des kilomètres, ces derniers pouvant engendrer des coûts conséquents en cas de dépassement. De plus, la société doit s’assurer du bon entretien du véhicule sur une longue période afin d’éviter les frais de remise en état.

LE BON MODE DE GESTION

Dans le choix du financement, le gestionnaire de la flotte se doit d’instaurer une « car policy » prenant en compte les besoins de l’entreprise, la fréquence de l’usage des véhicules et le budget « disponible ». Les taxes, notamment la taxe sur les véhicules de société (TVS), ainsi que les déductibilités et autres avantages comptables, nécessitent aussi des arbitrages cruciaux. La bonne gestion commence toujours par un investissement cohérent sur la durée.

Le gestionnaire de flotte doit également choisir le mode de fonctionnement ad hoc pour piloter au mieux son parc de véhicules au fil du temps. Dans ce contexte, le regroupement des dépenses au sein d’une facture unique, la fluidification des dépenses des collaborateurs (carburant, lavage, entretien, parking, péage…) et la simplification des démarches de récupération de TVA constituent les 3 priorités. À ce sujet, cette carte carburant moderne et exhaustive offre toutes les garanties de performances et de rentabilité.

 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte