BHP Billiton repart à l'assaut de Rio Tinto

Pour parvenir à ses fins le géant minier joue la carte du nationalisme australien.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

BHP Billiton repart à l'assaut de Rio Tinto
Avec le siège de ses activités à Melbourne, contrairement au londonien Rio Tinto, BHP Billiton est bien le champion australien des mines, expliquait hier Don Argus, le chairman du numéro un du secteur, lors d'une conférence organisée par l'Association australienne des actionnaires. « Je ne suis pas venu ici, je présume, pour vous parler de l'offre de BHP Billiton pour acquérir Rio Tinto, mais je suis sûr que vous allez me poser des questions sur ce sujet », a-t-il lancé, provoquant l'hilarité des participants avant de jouer la carte de la fierté nationale. Une fusion BHP/Rio créerait un géant australien - en réalité australo-britannique -, troisième société mondiale en terme de capitalisation boursière, derrière Petrochina et ExxonMobil, mais devant General Electric, China Mobile et Gazprom. Ce géant global tire 49% de ses bénéfices du « pays chanceux » où sont situés 50% de ses actifs, tient à rappeler Argus.

« Lorsque nous avons fait notre offre rappelle-t-il, la valeur boursière de Rio était de 118 milliards de dollars, alors que notre offre de 3,4 actions BHP pour une action Rio valorisait la cible à hauteur de 171 milliards, soit une prime de 53 milliards. « D'où pourront venir 53 milliards de dollars si vous refusez l'offre ? ». Pour le chairman, les actionnaires peuvent légitimement se poser la question.=. Un défi qui n'a guère ému la direction de Rio Tinto qui s'est contenté de répondre par la voix de son porte-parole Ian Head qu'il n'y avait rien de nouveau dans les arguments de Don Argus. Ce dernier avait également tenu à démentir les rumeurs de ventes des activités pétrolières de BHP ainsi que celles concernant des coûts exorbitants et de nouveaux retards pour développer son site géant d'Olympic Dam. Alors que les fonds souverains et des sociétés soutenues par le gouvernement chinois cherchent à acquérir des actifs miniers, il serait préjudiciable à l'économie australienne de laisser ses richesses tomber entre des mains étrangères, soulignait le dirigeant de BHP Billiton, une société pourtant désireuse de mettre en valeur son internationalisation lorsqu'elle négocie avec ses clients, quand elle prépare de nouvelles acquisitions sur d'autres continents, ou discute avec les investisseurs des places financières mondiales.


Daniel Krajka

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS