Bertin Technologies dénonce une réglementation castratrice pour les drones en France

Le fabricant français de drones de surveillance aérienne appelle à un assouplissement de la législation, condition sine qua none pour que le marché des drones civils décolle.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bertin Technologies dénonce une réglementation castratrice pour les drones en France

Faut-il déjà revoir la législation des drones en France ? L'arrêté ministériel qui fixe les conditions de développement du secteur des drones à usage civil ne date pourtant que d'avril 2012. Dans l'état actuel, ces appareils sans pilote seraient cloués au sol tant les contraintes sont drastiques, notamment pour les mini drones de moins de 32 Kg.

Bertin Technologies, un des pionniers du domaine, en fait l'amère expérience. Selon ses dirigeants, le groupe qui exposera son mini drone de surveillance aérienne HoverEye-Ex au futur salon Milipol de la sécurité et de la sûreté intérieure (du 19 au 22 novembre au parc des expositions de Villepinte), subit une réglementation trop contraignante. Au point de voir ses clients dans l'impossibilité d'exploiter leurs appareils ! Ainsi la sécurité civile française qui lui a acheté en décembre 2011 un système de drones (deux appareils et une station sol de contrôle) pour ses besoins d'instruction et d'intervention de Nogent-Le-Rotrou, ne peut quasiment pas utiliser ses appareils du fait des contraintes réglementaires.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des règles claires

Sur le marché civil, la nouvelle réglementation de la DGAC (direction générale de l'aviation civile) serait trop contraignante: "On ne peut pas faire voler un drone à plus d'1 km de la station de contrôle", déplore ainsi Philippe Demigne, président de Bertin Technologies. Sur le marché des drones étatiques, la situation ne serait guère plus enviable. La DGA (Direction générale de l'armement) imposerait des règles draconiennes qui, in fine, empêcheraient les acheteurs de former leurs équipes et d'intervenir en mission! "Vu l'absence de réglementation et l'absence d'autorisation, nos drones ne peuvent pas voler", constate le dirigeant.

Bertin Technologies espère une évolution du cadre réglementaire. "Il faut que les règles soient claires et pas castratrices. Nous sommes prêts à bondir si la réglementation s'assouplissait. Mais pour l'instant, nous sommes très prudents et nous n’intègrons pas nos prévisions de ventes de drones dans nos business plan".

Les industriels du secteur pourraient donc déchanter rapidement alors que le marché des drones civils est prometteur. D'autant plus qu'ils ont investi assez significativement pour développer sur leurs fonds propres de nouvelles technologies. "Bertin Technologies a investi environ 1 million d'euros par an ces six dernières années", précise Philippe Demigne. Son drone se distingue avant tout par ses capacités de traitement et de stabilisation des images ainsi que sa capacité à identifier et suivre une cible grâce à une caméra d'identification optique et infrarouge adaptée à la surveillance à courte portée.

Hassan Meddah

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS