Bernard Krief aux manettes d’Heuliez

C’est fait. Le tribunal de Niort vient de valider le plan de reprise du carrossier Heuliez par Bernard Krieff Consulting (BKC).

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bernard Krief aux manettes d’Heuliez

Le cabinet s’engage à conserver 600 des 1074 salariés et à y investir 50 à 80 millions d'euros. BKC et ses alliés émirati apporteront 16 millions, des investisseurs asiatiques et notamment chinois entre 10 et 20 millions. Il recevra, par ailleurs, 5 millions d’euros de la région Poitou-Charentes et 10 millions du FSI (fond stratégique d’investissements). Le reste sera constitué d'emprunts, pour moitié garantis par la même région Poitou-Charentes.

Pour Christian Estrosi, Ministre de l’industrie, « la reprise d’Heuliez est une excellente nouvelle pour l’industrie automobile de demain. » Reste à savoir comment cela va se traduire concrètement et ce que ce spécialiste de la reprise de PME en difficulté va faire de tout ce beau monde et de tout cet argent.

Pour Louis Petiet, le président de Bernard Krief Consulting, « Heuliez a besoin d’une vision d’ensemble avec un projet industriel fort ». Mais concrètement … Quels sont ses projets à court terme pour remettre l’entreprise à flot. Avec quel contrat va t-il occuper les 600 salariées qu’il compte garder ? Comment, comme il l’annonce, va-t-il faire repasser les effectifs à 800 ou 900 d’ici à trois ans ? On sait seulement qu’il est "serein et confiant, car Heuliez est un très bel outil. " Certes, la PME des Deux-Sèvres n’est pas un spécialiste des batteries, mais son bureau d’études a fait ses preuves dans le développement de petites séries. L’usine a su fabriquer des modèles à succès, comme la 206 CC, mais pour l’heure, le seul contrat industriel qui lui reste est celui de l’Opel Tigra. Et ce dernier cessera cet été… L’avenir de la PME semble donc, effectivement, passer par le véhicule électrique. Sauf que, comme partout ailleurs, aucun volume de production conséquent n’est prévu à court terme. Le seul élément officiellement annoncé est, d’ici 2011, sa participation à la fabrication de 11 prototypes développés avec Michelin dans le cadre du fonds pour le véhicule décarbonné mis en place par Jean-Louis Borloo. Bien qu’aucune communication officielle n’ait été faite, Bernard Krieff a dû, à n’en pas douter, présenter au tribunal, à la région et à l’état, des projets suffisamment convaincants pour que ces derniers choisissent de sortir 15 millions d’euros de la poche de leurs contribuables. Malgré la sommation de Ségolène Royal, PSA et Renault ne semblent cependant pas pressés de s’engager auprès d’une société avec laquelle ils ont décidé d’arrêter de collaborer depuis des années. Face à la crise actuelle, ces grands constructeurs préfèrent soutenir leurs sous-traitants étranglés, comme tout le monde, par la baisse de production de véhicules thermiques.

Les futurs débouchés d’Heuliez viendront peut-être de Chine (on parle de tractations avec le constructeur Chery pour la production d’une voiture low-cost). Ou d’ailleurs.
S’il est donc loin d’être bouclé, ce dossier a mis en évidence l’importance que peut avoir la médiatisation dans la reprise d’une PME. Sans le battage de Ségolène Royal, il y a fort à craindre qu’Heuliez aurait mis la clé sous la porte et licencié tous ses employés. Des entreprises du secteur automobile comme Rencast, Lear, Bosal, Mecaplast, Molex et tant d’autres feraient bien de lui passer un coup de fil.

Anne Léveillé

Bernard Krief Consulting

Le cabinet de conseil Bernard Krief Consulting (BKC), est un groupe, fondé en 1959 et dont le siège est à Paris, est depuis1995 dirigé par Louis Petiet, également conseiller général UMP de l'Eure et maire de Verneuil (Eure). Depuis juin 2008, BKC, dont l'activité originelle est le conseil en développement de grandes entreprises, a multiplié les rachats de PME en difficultés. Il est désormais à la tête d'un pôle industriel diversifié, s'éloignant de son métier de base. Il s'est notamment porté acquéreur de deux branches du numéro un mondial du fil à broder DMC, d'Isotherma (isolation industrielle), d'Isotec (maintenance industrielle) et de Spiral (sous-traitant aéronautique et automobile). Le groupe a dégagé un chiffre d'affaires de 230 millions d'euros en 2008 (+100% sur un an), dont 15 millions tirés de son activité conseil, devenue largement minoritaire.

Heuliez

La nouvelle holding s'appellera "Heuliez capital" et regroupera deux sociétés "Heuliez New World" et "Heuliez véhicules électriques". Elle sera dirigée par Emilio Gallucio, manageur connu dans le milieu industriel automobile. Paul Queveau, actuel président du directoire d'Heuliez et membre de la famille propriétaire, devient vice-président.

Le capital "d'Heuliez capital" s'élève à un million d'euros dont 80% détenus par BKC et 20% par l'équipe dirigeante, selon le jugement du tribunal.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS