Bernard Arnault, les patrons et la France

Partager
TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bernard Arnault, les patrons et la France

Finalement, la question que nous pose Bernard Arnault dans sa volonté de faire allégeance au roi des Belges, c’est celle de notre attachement à notre pays. Pensons-nous que la France vaut encore le coup d’être vécu ? Les impôts trop élevés et les administrations trop tatillonnes, les entreprises d’Etat trop protégées et leurs trains jamais à l’heure, les salaires trop bas et le coût du travail trop élevé… Qui n’a jamais pesté contre l’une au moins de ces images d’Epinal ?

Râler, on le sait, est une spécialité nationale et tout irait bien si l’on en restait là. Mais, ces dernières semaines, ce mécontentement s’est cristallisé fortement auprès des élites économiques de notre pays. La révélation du projet de Bernard Arnault (qui a précisé vouloir rester en France) a alors désinhibé tous ceux qui jusque-là se plaignaient discrètement du changement de majorité et de son programme. Des discussions qui étaient restés tapies dans les couloirs feutrés des entreprises se trouvent aujourd’hui étalées sur les réseaux sociaux. Les dirigeants s’inquiètent de tous ces projets de taxation supplémentaire. Ils se vivent comme les bouc-émissaires du gouvernement. La tranche d’imposition à 75 %, le nouvel impôt sur les sociétés, la fin des exonérations sur les heures supplémentaires… ils pensent honnêtement que les mesures de redressement ont été conçues spécialement contre eux. Et ils menacent : si ces projets passent, je quitte la France.

Cette fuite des entrepreneurs –comme ils se nomment eux-mêmes- est une vraie menace pour l’économie. Ce sont eux qui font la richesse de notre nation, eux qui créent des emplois, qui investissent et fondent des usines. Et, pour cela, il faut les préserver. Mais, si l’on veut être tout à fait juste, on ne peut pas non plus faire totalement abstraction du contexte dans lequel se trouve notre pays et sanctuariser les chefs d’entreprise. Lorsque le premier poste de dépenses de l’Etat est le remboursement de la dette, chacun d’entre nous peut comprendre que le redressement du pays exige des efforts. Et si l’on juge ces prélèvements confiscatoires et iniques, on peut aussi estimer qu’ils sont un juste retour sur la réussite que notre pays nous a permis de réaliser.

0 Commentaire

Bernard Arnault, les patrons et la France

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

SUR LE MÊME SUJET

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Nouveau

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Auto et économie circulaire

Auto et économie circulaire

Dans ce nouvel épisode du podcast La Fabrique, Julie Thoin-Bousquié revient sur la prise en compte des enjeux d'économie circulaire dans l'automobile. En toile de fond, l'impératif de...

Écouter cet épisode

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

La mobilité de demain selon Clotide Delbos et Christel Bories

Lors des Assises de l'industrie 2021 organisées par L'Usine Nouvelle, Clotilde Delbos, directrice générale adjointe de Renault et DG de Mobilize (marque du groupe au losange) et Christel Bories,...

Écouter cet épisode

Une bête curieuse

Une bête curieuse

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix nous raconte le parcours de Temple Grandin.  Autiste, experte en psychologie des animaux, ingénieure, chef d’entreprise... Temple Grandin...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 06/12/2021 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS