Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Berlin réduit de moitié sa prévision de croissance 2019, à 0,5%

Publié le

BERLIN (Reuters) - Le gouvernement allemand a réduit mercredi sa prévision de croissance 2019 pour la deuxième fois en trois mois, reflétant un ralentissement accru lié à la contraction de l'activité dans le secteur manufacturier.

Berlin réduit de moitié sa prévision de croissance 2019, à 0,5%
Le gouvernement allemand a réduit mercredi sa prévision de croissance 2019 pour la deuxième fois en trois mois, reflétant un ralentissement accru lié à la contraction de l'activité dans le secteur manufacturier. /Photo d'archives/REUTERS/Fabrizio Bensch
© Fabrizio Bensch

Berlin n'attend plus qu'une croissance de 0,5% cette année, soit moitié moins que sa prévision de 1,0% en janvier qui avait déjà été revue en baisse par rapport à un objectif initial de 1,8%.

Pour 2020, le gouvernement table sur un rebond avec une croissance qui atteindrait 1,5%.

Ces chiffres confirment des informations données par la presse vendredi.

Les tensions commerciales, le ralentissement de la croissance mondiale et les incertitudes autour du Brexit continuent de peser sur la première économie européenne, qui plus que jamais doit compter sur la demande intérieure pour se maintenir à flot.

La consommation des ménages, favorisée par un taux d'emploi record, des hausses de salaires supérieures à l'inflation et des taux d'intérêt bas, devrait rester le principal moteur de la croissance en 2019 et 2020.

Sur ces deux années, la hausse des importations devrait dépasser celle des exportations, entraînant une baisse de l'énorme excédent commercial allemand.

"L'excédent des comptes courants continuera de se réduire pour descendre à 6,4% (du produit intérieur brut) en 2020", lit-on dans les prévisions de printemps du ministère de l'Economie.

La hausse des allocations familiales décidée par le gouvernement apportera un coup de pouce supplémentaire à la demande, a déclaré le ministre Peter Altmeier.

Il a enjoint les sociaux-démocrates, partenaires minoritaires de la coalition de la chancelière Angela Merkel, à soutenir des baisses d'impôts pour les entreprises plutôt que de prôner une relance par la consommation.

La fédération industrielle BDI a exhorté le gouvernement à prendre de nouvelles mesures en faveur de l'investissement des entreprises.

"Le meilleur est passé pour l'économie", a déclaré Joachim Lang, le directeur général de la BDI. "Le gouvernement ne doit plus perdre de temps."

Le gouvernement puise déjà dans son excédent budgétaire record pour investir dans les infrastructures et aider les familles à faibles revenus, a dit Olaf Scholz, le ministre des Finances, la semaine dernière à Washington où il participait aux réunions de printemps de Fonds monétaire international et de la Banque mondiale.

Dans une interview à Reuters, il a aussi indiqué que le gouvernement était favorable au déblocage d'une enveloppe de 1,25 milliard d'euros par an pour soutenir la recherche et développement (R&D) des entreprises.

(Michael Nienaber, Véronique Tison pour le service français)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle