Berlin poursuit son bras de fer avec EADS sur le versement d'aides financières

Un bras de fer oppose depuis plus d'un an le géant industriel à la première économie européenne : l'Allemagne refusant de verser quelque 600 millions d'euros d'aide au développement du nouveau modèle d'Airbus, le long-courier A350. De sources industrielles, EADS a rappelé récemment aux Länder allemands où Airbus est implanté qu'emploi et soutien financier étaient liés, laissant entendre qu'il pourrait réduire la charge de travail chez eux si Berlin ne versait pas l'aide promise.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Berlin poursuit son bras de fer avec EADS sur le versement d'aides financières

Le gouvernement allemand a jugé ce vendredi 30 août "incompréhensibles", les menaces implicites du groupe aéronautique EADS de renoncer à l'aide financière que lui doit Berlin et de réduire, en conséquence, la charge de travail de ses sites de production situés en Allemagne.

Un accord signé en 2010

En réalité, un bras de fer oppose depuis plus d'un an le géant industriel à la première économie européenne. L'Allemagne refuse en effet de verser les quelque 600 millions d'euros d'aide au développement liés à la fabrication du nouveau modèle d'Airbus, le long-courier A350. Or, selon EADS, cette aide lui est due en vertu d'un accord signé en 2010 et qui rapporte l'aide versée à la charge de travail pour chaque pays participant au programme.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Les autres pays où Airbus construit ses avions (France, Grande-Bretagne et Espagne) ont eux versé l'aide au développement, qu'Airbus rembourse après le succès de l'appareil.

Menaces de réduire la charge de travail allouée à l'Allemagne

Selon des sources industrielles, confirmant les informations du quotidien allemand Die Welt, EADS a rappelé récemment aux Länder allemands où Airbus est implanté (Brème, Hambourg, Basse-Saxe et Bavière) qu'emploi et soutien financier étaient liés, laissant entendre que le groupe pourrait réduire la charge de travail chez eux si Berlin ne versait pas l'aide promise.

D'après Die Welt, l'Allemagne doit 34% des aides au développement de l'A350 mais n'en a versé que 15%, ce qui veut dire qu'Airbus devra réduire la part de travail des sites de production allemands. Après avoir fait, sans résultat, de nouvelles propositions en mai en en juillet, le groupe durcirait donc désormais sa position et ne se sentirait pas tenu de poursuivre les discussions.

"La décision d'Airbus est incompréhensible"

Un porte-parole du ministère allemand de l'Economie a assuré que les discussions en cours avaient conduit "à un net rapprochement des positions". "C'est pourquoi la décision annoncée par Airbus est incompréhensible" a déclaré le porte-parole Holger Schlienkamp. "Nous sommes convaincus qu'une solution constructive reste possible".

"Airbus s'est engagé à renforcer les capacités de recherche et de développement en Allemagne. Le gouvernement attend des propositions concrètes et leur mise en application", a-t-il dit.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS