Bercy maintient la pression sur le paiement européen

Six mois de plus ! C’est le délai accordé par la Commission européenne pour passer les modes de paiement au format Sepa en Europe. En France, les entreprises ont accéléré le mouvement depuis décembre et, pour ne pas briser cette dynamique, le ministère de l’Economie et des finances compte multiplier les piqûres de rappel.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Bercy maintient la pression sur le paiement européen

Les six mois de délai accordés par la Commission européenne pour passer leurs modes de paiement en format Sepa ne doivent pas affaiblir la mobilisation des entreprises. C’est le message que le ministère de l’Economie et des finances entend leur faire passer dans les prochaines semaines. Les trois ministres concernés, Pierre Moscovici, ministre de l’Economie et des finances, Fleur Pellerin, ministre des PME, de l’Innovation et de l’Economie numérique, et Sylvia Pinel, ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme, vont signer une campagne d’e-mailing commune pour faire une piqûre de rappel aux chefs d’entreprises. Dans chacun de leurs déplacements en entreprise, les ministres promettent par ailleurs de continuer de mentionner le projet Sepa.

Les entreprises avaient en effet jusqu’au 1er février pour s’assurer que leurs prélèvements et virements bancaires étaient compatibles. Passée cette date, les paiements auraient été tout simplement refusés par les banques… Une échéance qui risquait de laisser pas mal d’entreprises européennes sur le carreau, avec un risque potentiel de paralysie d’une partie de l’économie. Pour prendre les devants, la Commission européenne a donc décidé, début janvier, de laisser jusqu’au 1er août 2014 pour se mettre en ordre de marche.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un délai de tolérance

"La date du 1er février garde son importance, martèlent toutefois les services de Pierre Moscovici. Elle demeure la date butoir pour la migration Sepa, mais elle n’est plus une date couperet." En clair, les entreprises ne doivent pas décaler leur projet de migration, les autorités publiques craignant que les six mois supplémentaires servent de prétexte pour continuer à repousser la mise en œuvre de la migration. Les entreprises bénéficieront en fait de quelques mois supplémentaires, pendant lesquels les deux formats informatiques coexisteront, pour terminer leur migration. "Ce n’est qu’un délai de tolérance", explique-t-on au cabinet de Fleur Pellerin.

Selon la Banque de France, la fin du mois de décembre et le début du mois de janvier ont vu une forte progression du passage en Sepa. A fin décembre, 71,6 % des entreprises avaient effectué leur migration pour les virements et 39,4 % pour les prélèvements. A mi-janvier, elles étaient 84,1 % pour les virements et 61,4 % pour les prélèvements.

Arnaud Dumas

Partager

NEWSLETTER Economie Social et management
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS