Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Bercy envisage la fusion d’Ubifrance et de l’Afii 

Solène Davesne

Publié le

Un rapport remis à Nicole Bricq, la ministre du commerce extérieur propose de fusionner l’opérateur de soutien de l’export ( Ubifrance) et celui chargé d’attirer les investisseurs internationaux (l’Afii) au sein d’une grande agence "France international". Avec un objectif : rationaliser les moyens mais surtout simplifier pour les entreprises

Bercy envisage la fusion d’Ubifrance et de l’Afii

Rationaliser un dispositif de soutien des entreprises trop complexes. Bercy n’en est pas à son coup d’essai. Depuis cinq ans, les réformes pour remettre un peu d’ordre entre les différents se succèdent. Le diagnostic ne varie pas. « La France a probablement le record du monde en matières de différents organismes à l’international. Il est nécessaire de simplifier et de remobiliser car la multiplicité des guichets renforce l’idée chez les PME que l’export est compliqué », estime Alain Bentejac, l’un des deux co-auteurs du rapport remis à Nicole Bricq sur la rationalisation et co-président d’une société d’ingénierie.

Selon le rapport, "les démarches fondées sur la simple coordination légère des acteurs du type « équipe de France à l’export » ont joué un rôle utile mais ont montré leurs limites". Pour rationaliser davantage, le rapport plaide pour une refonte du dispositif. Ubifrance, l’agence chargée du soutien à l’export des PME devrait fusionner avec l’agence française pour les investissements internationaux (AFII) chargée de la promotion du territoire au sein d’une nouvelle agence baptisée « France international ». Les opérations de soutien sectoriel, notamment dans l’agroalimentaire, assurées par certains organismes comme la Sopexa ou FranceAgriMer pour le compte de l’Etat pourraient aussi être regroupés en son sein. "Ce ne sera pas facile", reconnaissent les deux rapporteurs qui préconisent dans leur rapport une "mise en place progressive et concertée".

Le rapport s’appuie sur les exemples étrangers. La promotion des investissements et soutien aux exportations sont déjà réunis au sein d’un même organisme en Grande-Bretagne (UK T&I) ou en Allemagne (Germany trade& invest). À terme, les deux rapporteurs estiment que la future agence pourrait aussi associer le réseau des CCI ainsi que les régions à son capital.

Aucune date pour réaliser la réforme n’est avancée. Mais la ministre du commerce extérieur Nicole Bricq y est favorable. "Les deux missions sont complémentaires, il faut sans doute réfléchir à la fusion", estime la ministre, qui souligne au passage certaines difficultés, comme les quatre tutelles ministérielles de l’AFII.

En attendant la fusion, "on ne va pas fédérer les acteurs en les engageant dans des meccanos mais sur du très concret", plaide Nicole Bricq. Le rapport suggère de créer une hotline pour les investisseurs et les exportateurs, de simplifier la délivrance de visas aux exportateurs ou de créer un comité de pilotage national.

Mais la rationalisation des moyens doit aussi permettre de dégager des économies. Le rapport suggère de supprimer les 70 agents chargés de l’international au sein des DIRECCTE en régions en les réorientant dans les autres organismes. Les régions devraient aussi geler leurs projets de création de nouvelles agences de soutien à l’export à l’étranger souvent concurrentes du réseau d’Ubifrance ou des CCI à l’étranger.

Il y a encore de la marge. Au total, selon le rapport, l’ensemble du dispositif de soutien à l’internationalisation pour les entreprises pèse environ 600 millions d’euros annuels "dans une fourchette basse", dont une centaine de millions financés par les régions. Il répertorie près de 3270 équivalents temps pleins dans les différents organismes, dont environ 2600 à l’étranger.

Le plan devrait être arrêté le 17 juillet, lors du comité interministériel de la modernisation de l’action publique, à Matignon.

Solène Davesne

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle