Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Benjamin Smith, actuel numéro deux d’Air Canada, pourrait prendre la direction d’Air-France KLM

Cédric Soares , , , ,

Publié le

Vu sur le web L’actuel directeur d’exploitation d’Air Canada pourrait succéder à Jean-Marc Janaillac à la tête d'Air France-KLM, révèle Le Monde dans un article paru mercredi 8 août. Le potentiel dirigeant ferait alors face à une importante pression syndicale ainsi qu’à une intense concurrence.

Benjamin Smith, actuel numéro deux d’Air Canada, pourrait prendre la direction d’Air-France KLM
Benjamin Smith, numéro 2 d'Air Canada, va-t-il succéder à Jean-Marc Janaillac ?
© Air Canada

Air France-KLM aurait potentiellement trouvé un successeur à Jean-Marc Janaillac, pour prendre la tête de la compagnie aérienne. Le comité de nomination du conseil d’administration aurait arrêté son choix sur Benjamin Smith, actuel directeur de d’exploitation d’Air Canada, selon une information révélée par Le Monde, mercredi 8 août. Les sources du quotidien comprennent le Syndicat national des pilotes de ligne (SNPL), premier syndicat des pilotes de l’entreprise.  Benjamin Simth (dit Ben Smith) travaille chez Air Canada (la compagnie nationale de son pays d'origine) depuis 2002.

L’opérateur profiterait de son arrivée pour revoir son mode de direction. Benjamin Smith serait nommé directeur général alors que le groupe se doterait d'un président non exécutif. Anne-Marie Couderc occupe pour l’instant ce poste à titre intérimaire. Selon nos confrères la direction d’Air France KLM reste prudente argumentant que la décision n’est pas du ressort du comité de nomination mais de celui du conseil d’administration.

Une augmentation de salaire pouvant susciter la grogne

Le quotidien du soir explique que sous la pression des actionnaires étrangers Delta Airlines (Etats-Unis) et China Eastern, les critères de recrutement ont été élargis depuis que le nom de Philippe Capron, directeur financier de Veolia, avait fuité en juillet. Le groupe s’est ouvert aux profils internationaux.

Alors que les salariés avaient fait grève fin 2017 contre le gel des salaires, le conseil d’administration a accepté en juillet 2018 de tripler la rémunération du dirigeant de la compagnie. La rétribution passerait d’environ 700 000 euros à près de 2,5 millions d’euros par an. La direction a concédé cet ajustement car Jean-Marc Janaillac était payé quatre fois moins que ses homologues des principales autres compagnies européennes.

Les challenges du nouveau dirigeant

Si Benjamin Smith prenait la direction d’Air France-KLM, il devra rapidement faire face à l’intersyndicale de la compagnie qui n’exclut pas de déposer un nouveau préavis de grève à l’issue de sa prochaine réunion fin août. Selon les propos de Philippe Evain, président du SNPL, recueillis par Le Monde, le successeur potentiel est  “le candidat du statu quo. On continue comme avant la politique qui n’apporte rien à l’entreprise”. Les pilotes auraient préféré la candidature, a priori écartée, de Thierry Antinori, actuel numéro deux d’Emirates.

Outre la pression syndicale, le nouveau dirigeant de la compagnie aérienne devra faire face à la double concurrence des compagnie low cost et des compagnie du Golfe. Il devra aussi s'attaquer à une rentabilité nettement inférieure à celle des autres compagnies européennes.

Réagir à cet article

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus