Bénédicte de Bonnechose, des chiffres et des êtres

Deuxième nominée dans la catégorie "Femme de chiffres" des Trophée des Femmes de l’industrie de L'Usine Nouvelle, Bénédicte de Bonnechose est directrice stratégie, affaires publiques, environnement du groupe Lafarge.

Partager

Elle est au cœur d’une petite révolution : la réorganisation interne de Lafarge, numéro un mondial du ciment. Depuis le début de l’année 2013, Bénédicte de Bonnechose assure pour la France ce passage d’une organisation par métiers et produits vers une autre, orientée pays. Ce qui implique de rapprocher des équipes issues de métiers différents (ciment, granulats, béton…) et qui n’avaient jusque-là que peu de liens. "Je suis en quelque sorte passée des chiffres à l’humain", résume cette diplômée de l’École supérieure de commerce de Rouen.

Car son appétence pour l’encadrement des équipes et pour le terrain s’est développée sur la base des très abstraites mathématiques.

Également titulaire d’une licence d’économétrie, Bénédicte de Bonnechose démarre sa vie professionnelle en 1989 au sein du cabinet Deloitte. "J’ai effectué à cette époque un audit du groupe Lafarge qui m’a permis de découvrir le secteur du ciment", raconte cette manageuse, séduite par le pragmatisme du monde industriel.

Elle intègre Lafarge en 1993, passe de la consolidation à la responsabilité des opérations financières et fiscales, puis à celle du contrôle de gestion. Les années 2000 sont un tournant. Elle entre de plain-pied dans la finance opérationnelle. Devenue directrice générale en 2009, elle n’aura eu de cesse de se rapprocher de cette "pâte humaine" qu’elle pétrit aujourd’hui au quotidien.

Elle l’inspire
"Simone Veil me touche pour ce qu’elle a accompli, pour sa résilience et sa rectitude morale."

 

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
SUR LE MÊME SUJET
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS